The Weeknd : Live At Sofi Stadium  » retrouve le chanteur seul au centre de la scène.

Depuis qu’il s’est fait connaître sur des mix-tapes et en ligne, l’auteur-compositeur-interprète The Weeknd a atteint les sommets de la célébrité. Le fait que l’artiste canado-éthiopien, né Abel Makkonen Tesfaye, y soit parvenu en repoussant sans cesse les limites de sa musique et de son art, en déjouant les attentes et en exaspérant parfois le public, est une bonne chose. Le nouveau film de concert, The Weeknd : Live At Sofi Stadiumqui sera diffusé en avant-première le samedi 25 février à 20 heures, le voit retenir presque tout seul l’attention d’une arène de fans en adoration pendant plus d’une heure, confirmant ainsi son statut de nouveau roi de la pop (post-hip hop rétro-futuriste néo-cold wave alternative R&B).

Dans le documentaire musical Dig !, un défilé de têtes parlantes décrit le garage rock orchestral post-moderne de The Brian Jonestown Massacre comme étant enveloppé dans les pièges du passé mais sonnant complètement nouveau. On pourrait dire la même chose de The Weeknd, dont la musique s’inspire de plus en plus des années 1980, qu’il s’agisse des synthés pulsés des bandes originales des films d’horreur de John Carpenter ou des rythmes de batterie qui semblent avoir été piqués dans un jeu vidéo Atari. En même temps, The Weeknd est de hip hop et incarne sa philosophie du micro unique. Faisant les cent pas sur une rampe de performance longue comme un stade, il fait plus penser à un MC qu’à une pop star moderne, quelle que soit la délicatesse de son chant.

Live au stade Sofi a été filmé lors du dernier concert de la première étape de la tournée After Hours til Dawn de The Weeknd. Ce spectacle, qui s’est déroulé il y a quelques mois à peine, le 27 novembre 2022, à Los Angeles, avait été reprogrammé deux mois auparavant, lorsque The Weeknd avait brusquement quitté la scène après avoir perdu la voix. Bien que les décors sombres – qui ressemblent à un amalgame de tous les tropes visuels dystopiques -, les sons cold wave et ses obsessions lyriques sur la consommation de drogues et le sexe sale parlent des coins sombres de l’âme, The Weeknd a l’air de s’amuser. Quelque part derrière les façades en contreplaqué du Toronto post-apocalyptique, des musiciens invisibles ajoutent des notes de guitare et des claviers, tandis qu’un chœur de danseurs en peignoir rouge prend des poses énigmatiques qui tiennent plus de la performance que de la chorégraphie.

READ  Cara Delevingne se montre vulnérable dans la bande-annonce de "Planet Sex" : "Je suis vraiment nerveuse à l'idée d'exprimer mes désirs sexuels".

The Weeknd n’a jamais eu peur de jouer avec son image et son apparence. Ces dernières années, il a utilisé des prothèses faciales ou du maquillage à effets spéciaux. Pour les deux premières chansons, il porte un masque qui recouvre l’intégralité de son visage, à parts égales entre le BDSM et l’art. The Le Fantôme de l’Opéra. Il s’en débarrasse ensuite, ainsi que du long trench-coat dans lequel il apparaît pour la première fois, et joue le reste du spectacle dans ce qui ressemble à une tenue de combat confortable et ample. Une lune géante est suspendue au-dessus d’un côté du stade, changeant de couleur du rouge pervers au blanc cocaïne en passant par le bleu arctique, mais l’ensemble du concert semble toujours aussi dépouillé. The Weeknd donne l’impression que la salle de plus de 70 000 personnes est une salle de spectacle souterraine située à côté du train J.

Au cours de son spectacle d’une heure et demie, The Weeknd passe en revue tous les tubes de son catalogue et même plus. Si l’on considère que son premier album est sorti en 2013, il a beaucoup de succès. Le set typique de la tournée compte près de 30 chansons. Certaines chansons sont présentées sous une forme tronquée ou précipitée, en particulier les premiers numéros, ce qui donne l’impression qu’il préfère son matériel plus récent. C’est le genre de choses que l’on verrait faire par un groupe de rock classique ou que l’on verrait dans une revue R&B old school. Si le concert dure un peu longtemps, la foule s’en délecte.

READ  A Maple Valley Christmas" sur Hallmark Movies & Mysteries avec Peyton List dans le rôle d'un éleveur de sirop.

Entre les chansons, The Weeknd ne perd pas de temps en bavardages. Son badinage sur scène se limite à des déclarations toutes faites, comme « I fucking love you Los Angeles. Merci beaucoup. C’est le dernier spectacle et je pense que c’est le meilleur spectacle de toute la tournée ! ». On dirait James Hetfield de Metallica. Ses plus grands tubes inspirent des chants massifs, la foule tenant ses téléphones portables en l’air en signe d’approbation. La lumière bleue remplit le stade et, dans les tribunes, ils ressemblent à des robots perdus qui essaient d’atteindre leur avatar sur scène.

On ne fait pas la tête d’affiche du spectacle de la mi-temps du Super Bowl si on n’est pas déjà un gros poisson. Encore, Live At Sofi Stadium ressemble à un tour de victoire. Si le chant de The Weeknd est aussi vivant qu’il en a l’air, c’est aussi une démonstration impressionnante de ses dons de vocaliste. Capable de passer d’un falsetto tremblotant à des passages fulgurants avec une précision digne d’un laser, il peut rappeler les maîtres du passé mais existe dans une singularité de sa propre invention. La deuxième partie de la tournée After Hours til Dawn commence en juin, avec des dates en Europe tout au long de l’été, et la finale se terminera en Amérique du Sud cet automne.

Benjamin H. Smith est un écrivain, producteur et musicien basé à New York. Suivez-le sur Twitter : @BHSmithNYC.

Table des matières

Plus d'articles