The Umbrella Academy Saison 3, Episode 3 –

C’est une plainte étrange à propos d’une série télévisée où les enjeux sont toujours apocalyptiques – mais si j’ai une plainte à formuler à propos de
The

Académie Parapluie
La troisième saison de l’Académie des Parapluies a été marquée par un minimum de drame. Bien que la première se soit ouverte sur une bagarre générale entre les Parapluies et les Moineaux, les académies rivales se sont depuis transformées en escarmouches mesquines, en trêves pleines d’espoir et en une histoire d’amour étourdissante.
Je soupçonne que c’est la raison pour laquelle
L’Académie du Parapluie
a rempli le cadre de conflits tertiaires : Le retour de Lila, l’introduction de Stan, le fils de Diego, l’homme mystérieux avec la collection de cassettes, la quête autonome de Klaus pour découvrir la vérité sur sa mère et, surtout, la tache d’énergie pulsée dans le sous-sol de la Sparrow Academy, qui gagne en puissance à chaque épisode.
Mais il s’agissait auparavant d’une série sur une famille véritablement dysfonctionnelle avec de vrais conflits internes, et non d’une série sur une famille agréablement dysfonctionnelle qui reste assise à se lancer des piques. Il n’y a pas de conflit
L’académie Umbrella
L’Académie des Parapluies n’a jamais présenté d’épisode aussi intéressant que lorsque la famille elle-même est en conflit.
En l’absence de batailles internes, il faudra se contenter de batailles externes, et « Pocket Full of Lightning » en offre plus d’une. Le plus divertissant est l’alliance réticente entre Five et Lila. Ces deux-là ont toujours eu une chimie sympathique et piquante, et leur première grosse dispute a été l’un des moments forts de la deuxième saison.
The Umbrella Academy
a trouvé une excuse pour qu’ils se livrent à un autre round d’entraînement (mais cette fois avec Lila nue).
Une fois qu’elles ont fait match nul, Lila révèle ses deux mallettes défectueuses, ce qui signifie que ni elle ni Five ne vont nulle part (ou n’importe quand) sans l’autre. Ensemble, ils
font
parviennent à se hisser à une époque où le siège de la Commission est enseveli sous la glace. Loin dans le passé ? Loin dans le futur ? Je suppose que nous le découvrirons la prochaine fois.
De retour dans le présent, les choses commencent à se gâter. En dehors de la désagréable révélation que le Reginald Hargreeves de cette ligne temporelle est victime de maltraitance, drogué jusqu’à l’abrutissement par au moins certains des Sparrows, l’action principale ici est l’approche inutilement agressive d’Allison au problème de l’Académie des Sparrows. Lors d’une réunion qui aurait pu être une désescalade, elle prétend que les Parapluies ont enlevé Marcus afin de l’échanger contre la mallette manquante – un plan risqué puisque les Parapluies n’ont pas réellement Marcus (et, pour être juste, les Moineaux n’ont pas la mallette).
Allison suggère qu’ils procèdent à l’échange à l’hôtel Obsidian, révélant ainsi la base des Parapluies, ce que même Luther, épris d’amour, n’est pas assez téméraire pour faire sans se faire prendre avant. Ainsi, lorsque les Sparrows arrivent et que Christopher, le cube flottant, est capable de paralyser tous nos héros jusqu’à l’inaction, il est difficile d’imaginer comment ils vont s’en sortir et où ils vont aller ensuite, même…
si
ils parviennent à survivre.
Et c’est à ce moment-là qu’une de ces forces extérieures qui s’attardent en arrière-plan de l’histoire de l’humanité.
The Umbrella Academy
La troisième saison de l’Académie des parapluies est finalement mise en avant. « Lester Pocket », le vieil homme aux cassettes, apparaît au moment où Ben ordonne la mort des Parapluies. Dans un élan de violence véritablement horrifiant, le vieil homme envoie une vague d’énergie massive et fatale sur les Sparrows. Luther parvient à écarter Sloane, mais Alphonso et Jayme sont morts.
Qui est cet homme mystérieux avec un tel pouvoir inimaginable ? C’est Viktor, et seulement Viktor, qui le connaît assez bien pour le reconnaître même des décennies après leur première rencontre. Oui, « Lester Pocket » est Harlan, le fils de Sissy que Viktor a sauvé de la mort (et auquel il a donné des superpouvoirs par inadvertance) en 1963. La famille est peut-être sur le point de s’agrandir après tout.
– Cet épisode démarre fort avec un film d’instruction amusant (et vraiment utile !) expliquant exactement comment fonctionne un paradoxe du grand-père, alors attendez-vous à voir davantage de ces conséquences se répercuter dans la saison 3.
– Grace nous rappelle utilement que l’intégralité de ce que nous avons vu dans la saison 3 s’est déroulée sur deux jours, ce qui… wow, ces deux jours ont été mouvementés.
– Pendant son sommeil, Reginald marmonne « Oblivion », ce qui est
un autre clin d’oeil aux lecteurs de BD sur la direction que prend cette histoire.
.
– Luther et Diego ont une discussion amusante et douce sur la question de savoir s’ils doivent faire un grand geste pour accueillir Viktor comme leur frère ou s’ils doivent simplement faire avec. Au final, Luther se contente de complimenter sa nouvelle coupe de cheveux, ce qui semble être un bon compromis.
– Les musiques de cet épisode, qui sont littéralement toutes des chansons qui rappellent à Luther amoureux de Sloane : « Do You Believe in Magic » de The Lovin’ Spoonful et « The Lady in Red » de Chris de Burgh. Sa mixtape comprend également Phil Collins, Neil Diamond et Lionel Richie, alors, oui, ça va être du lourd.
– Klaus et Reginald regardent l’adaptation cinématographique de 1939 de
Le bossu de Notre-Dame
et un vieil épisode de la série policière des années 80 dirigée par William Shatner.
T.J. Hooker
.
– Stan s’écrie
Cobra Kai
alors félicitations pour la synergie entre les plates-formes, Netflix.
– Difficile d’imaginer le genre d’ennuis que Stan pourrait avoir avec 8 dollars en poche, mais je suppose que les cocktails Molotov ne sont pas à la portée de tout le monde.
que
coûteux.

READ  C'est Jackdaw Pollock ! Odin le corbeau peint comme l'artiste américain - Daily Mail

Table des matières

Plus d'articles