The Handmaid’s Tale Récap, Saison 5 Episode 7 : No Man’s Land –

Jusqu’à ce que Serena croie que donner naissance à Noah allait être son dernier acte sur cette Terre, elle ne s’est jamais vraiment vue comme un simple vaisseau. C’était le rôle des servantes. Comme tous les grands pourvoyeurs de misogynie intériorisée, Serena n’a jamais pris en compte sa propre hypocrisie. Comment
Est-ce que
une femme peut-elle écrire un livre dans lequel elle affirme qu’il n’appartient pas aux femmes de faire des choses comme écrire des livres ? Mais c’est une question pour des personnes comme Phyllis Schlafly ou la juge Amy Coney Barrett. June Osbourne n’a plus de patience pour cela, et elle ne va certainement pas laisser Serena mourir de septicémie pour qu’elle puisse se martyriser sur l’autel de la féminité.
Re-bonjour les filles, les messieurs, les traîtres au genre, les non femmes, et tous les autres inadaptés de Gilead. C’est l’épisode de June qui donne le bébé de Serena. Bien sûr, June n’était probablement pas sur la liste des personnes que Serena aurait aimé avoir pour l’aider pendant le travail et l’accouchement, mais elle est désespérément à court d’alternatives. Et de toute façon, qui préférerait-elle ? Dr. Handsy ? Tante Lydia ? Serena devrait être reconnaissante, pour être honnête, car non seulement June a accouché elle-même (une fois au milieu de nulle part et toute seule), mais elle a également mis au monde de nombreux bébés au naturel à Gilead en tant que Servante, comme Serena le sait bien. De plus, cela permet à ces éternelles amies de passer plusieurs heures à se rapprocher, ce qui est le but de « No Man’s Land ».
Dès que June se rend compte que Serena est en train d’accoucher, elle prend pour acquis qu’elle va devoir mettre au monde le bébé de cette garce, parce qu’elle ne peut pas faire de pause. Le travail d’une femme n’est jamais fini, pour de vrai. « Es-tu en train d’accoucher ? » demande-t-elle à Serena, qui pointe toujours son arme sur elle en tremblant. « Tu as perdu les eaux ? De combien sont espacées tes contractions ? » Serena se contente de gémir et de dire qu’elle ne peut pas aller à l’hôpital car « ils me trouveront là-bas ».
June traîne donc une Serena gémissante et récalcitrante dans une grange abandonnée qui semble prometteuse – « Il y aura peut-être une crèche » – mais dès qu’elle essaie de vérifier la progression du col de l’utérus de Serena, celle-ci panique. Elle pense que June essaie d’assassiner son fils, ce qui n’est pas une crainte déraisonnable. Mais si June voulait vraiment tuer Serena et son enfant, il lui suffirait de partir en voiture et de les laisser là, ce qu’elle envisage momentanément de faire. Elle ne le fait pas, bien sûr, même si la question de savoir si Serena aurait fait de même pour elle reste ouverte. Mais le simple fait d’être revenue alors qu’elle aurait pu facilement partir suffit à convaincre Serena que June n’a pas l’homicide en tête cette fois-ci.
Entre deux respirations profondes, Serena et June partagent également des moments de connexion dans des flashbacks. Leur relation n’a pas commencé de manière totalement hostile, apparemment. Ou du moins, Serena n’était pas encore trop rancunière pour faire un clin d’œil de commisération à June pendant l’une de ces sinistres cérémonies d’accouchement à Gilead. Alors que la servante en travail respire lourdement pendant les vraies contractions, sa maîtresse la chevauche par derrière et crie théâtralement en simulant l’agonie. Serena croise le regard de June et roule les yeux en signe de reconnaissance de leur compréhension commune que tout ceci est absurde.
Les plaisanteries prennent fin lorsque l’accouchement se complique. Les épouses sont chassées, mais les servantes sont obligées d’assister à la césarienne d’urgence qui sauve le bébé mais laisse Ofclarence mort. Tante Lydia dit aux filles qu’Ofclarence avait rempli son rôle et qu’il a été sacrifié pour plaire à Dieu, mais Serena a un vrai moment humain. Alors que les épouses roucoulent joyeusement autour du bébé, Serena, seule, regarde tristement à l’extérieur des portes vitrées où passent les Servantes. June le remarque et fait une pause pour secouer tristement la tête – Ofclarence n’a pas survécu.
D’un autre côté, grâce à toutes ces horribles épreuves d’accouchement que Serena &amp ; Co. l’ont forcée à endurer, June n’est pas en reste en matière de sage-femme. Héroïquement, elle aide Serena à expulser son bébé de son corps, à prendre le nouveau-né dans ses bras et à s’assurer qu’il entre en toute sécurité dans le monde terrible que sa mère a créé pour lui. Serena l’appelle Noah, comme « le sauveur de l’humanité ».
June demande si cela en valait la peine. Serena répond honnêtement qu’en ce moment, oui, ça en vaut la peine. Mais June semble avoir compris. Elle parle à Serena d’Hannah – de ses difficultés à allaiter, des rhumes d’Hannah, de son souhait de ne pas avoir à rester à la maison pour s’occuper d’elle parfois. Tant qu’on est honnête, pourquoi June n’a pas tué Serena quand elle en avait l’occasion ? « Pourquoi Fred et pas moi ? » June dit qu’elle ne voulait pas le faire. Pour ces deux-là, il s’agit essentiellement d’une déclaration d’amour, mais June ne va pas laisser Serena s’en tirer sans une réprimande. Elle prévient que le devenir de Noah dépendra de ce que Serena lui apprendra « à prendre ».
Après quelques heures de repos et d’allaitement, il est temps de partir. Mais où ? Serena est désormais une femme sans pays. Elle ne peut pas retourner à Gilead pour des raisons évidentes. Mais elle ne veut pas non plus aller au Canada, de peur que les Wheeler ne la trouvent. Lorsque June lui fait remarquer que si elle reste ici, elle et Noah mourront tous les deux, Serena décide qu’elle n’est peut-être qu’un réceptacle. Peut-être que June était destinée à être la mère et que Serena était celle qui avait été placée ici pour donner naissance. Comme le font les servantes, elle essaie de donner à June son bébé. Et elle a de solides arguments. Elle sait que Noah serait en sécurité avec June, pour commencer. D’autre part, elle sait que le mari de June est un homme bon qui pourrait apprendre à Noah à ne jamais faire ce qu’elle et Fred ont fait. Mais son discours se dégrade légèrement lorsqu’elle commence à comparer June à un ange vengeur.
Deux problèmes ici. Un : June est une personne, pas un ange avec une épée. Deux : June ne va évidemment pas laisser Serena mourir. Elle a eu tellement d’occasions ! June est incapable de laisser Serena mourir. Alors elle commence à parler à Serena : « Regarde ton bébé. Tu es la seule personne qu’il connaît dans le monde entier. Tu es la seule odeur familière. Tu es la seule voix qu’il reconnaît. » Les bébés ne sont pas des chiots errants, tu sais. « C’est la volonté de Dieu. » Attagirl.
Ils retournent au Canada et emmènent Serena à l’hôpital. Elle n’aime pas que les docteurs la mettent sous antibiotiques, et elle se méfie de l’USIN, mais tout semble aller bien. June est même entrée en contact avec Luke, qui se rend immédiatement à l’hôpital pour venir la chercher. Mais avant que June ne puisse lui parler des liens qu’elle a tissés avec Serena (tirer à mains nues un enfant du canal de naissance d’une autre femme a tendance à le faire), Luke révèle qu’il a une fois de plus exploité le pouvoir du gouvernement local. Il s’est arrangé pour que Serena soit détenue par l’immigration pendant que la protection de l’enfance prend son bébé.
Je ne sais pas ce que vous pensez de ce moment, mais June et moi sommes, à notre grande surprise, un peu horrifiées.

READ  The Kardashians Recap, Saison 2 Episode 7 -

– La phrase de Serena à June, « C’est comme si j’étais leur Servante. C’est comme si j’étais toi », c’est toute la rétribution pour cette femme dont je pense avoir besoin, pour être honnête.
– Luke n’est pas seulement en sécurité, il a aussi donné l’USB avec toutes les informations sur Hannah à Tuello, qui « travaille dessus ».
– Comment June va-t-elle convaincre Luke et Moira qu’ils doivent s’occuper de Noah jusqu’à ce que Serena sorte de prison ? Parce que c’est définitivement là où ça mène, non ?
– Je remarque un thème général cette saison de femmes, même les méchantes, qui s’unissent, et je ne suis pas contre.

Table des matières

Plus d'articles