Récapitulatif des épisodes 5 et 6 de la saison 11 d' »American Horror Story » –

Une question, une critique et un compliment qui ont été posés, puis soulevés, puis donnés à cette saison d' »American Horror Story ».
American Horror Story
: Est-ce que ça ressemble vraiment à une saison de
American Horror Story
pas du tout ? J’avais hésité à trop y réfléchir – après tout, nous n’en étions qu’à quatre épisodes avant cette semaine, et le fait de s’écarter de la méthode habituelle d’épuisement de la série, c’est-à-dire l’utilisation de l’humour, ne m’a pas fait peur.
AHS
était rafraîchissante. Maintenant, à mi-chemin de
NYC
Cependant, il semble approprié de poser la question. L’aborder comme une simple question – non, cela ne ressemble pas à une saison habituelle de l’année.
American Horror Story
du moins pas entièrement. Mais il reste à déterminer si cela doit être considéré comme une critique ou un compliment.
Bien que la diffusion de deux épisodes par semaine ne soit présentée que comme une décision de programmation, elle encourage les téléspectateurs à interpréter les deux paires d’épisodes comme un tout. De plus, les deux épisodes ont tendance à suivre un modèle. Le premier se présente davantage comme un thriller policier, où quelque chose de grave va se produire (l’incendie du club gay de l’épisode 3).
l’épisode trois
ou le meurtre de Barbara dans l’épisode cinq), mais il ne donne pas l’impression d’être un drame.
effrayant
jusqu’à la toute fin de l’épisode. Considérant le nombre de tortures interminables auxquelles nous avons assisté dans
AHS
Dans le passé, la qualité du montage de ces scènes les a rendues relativement insipides.
Avec la mort de Barbara, par exemple, on aurait pu s’attendre à une séquence plus longue où Big Daddy rôde autour de la maison, Barbara soupçonne qu’elle voit quelqu’un mais l’écarte, et enfin, il y a une longue scène de strangulation. Au lieu de cela, tout cela est bref, et l’accent est mis sur la tristesse de Patrick lorsqu’il la trouve. Vraiment, il n’y a rien d’effrayant là-dedans. Mais à la fin du premier des deux épisodes, on nous donne une petite frayeur pour nous amener à l’épisode suivant qui, lui aussi, continue à être un peu plus effrayant. Cette semaine comme la semaine dernière, la deuxième heure est celle où nous avons vu beaucoup plus du Tueur au Mai Tai et où nous avons eu une meilleure occasion de comprendre ses motivations. Cette semaine, par exemple, nous apprenons qu’il construit une sorte de monstre de Frankenstein composé d’hommes gays morts, destiné à être un message à la ville de New York sur son hypocrisie en disant qu’elle est si ouverte et accepte la communauté LGBTQ+. Même dans ce cas, les saisons précédentes de
AHS
aurait pu nous donner une meilleure vue de cette création, mais quand même. C’est assez effrayant. Tout cela pour dire que, sur la base de ce système de deux épisodes, cette saison ressemble à la moitié de…
AHS
la moitié d’un thriller mystère de Ryan Murphy.
Mais cela ne veut pas dire que c’est mauvais ! Mais ce n’est pas toujours excellent non plus. L’épisode 5, « Bad Fortune », passe une bonne partie du temps dans le studio d’une médium au sous-sol. Pour une raison quelconque, en plus de gérer les bains publics comme son cabaret personnel, Kathy gère également ce studio. Elle est à la recherche de nouveaux employés lorsque Fran se sent hypnotiquement attirée et pose sa candidature. Sans aucune expérience préalable, Fran commence son premier service le lendemain, quand Hannah et Adam entrent. Hannah est enceinte, et il est révélé qu’Adam est le donneur de sperme. Ils décident d’aller voir la voyante sur un coup de tête pour connaître le sexe du bébé, mais après quelques échecs, Fran, Hannah et Adam commencent à ne tirer que des cartes de mort dans le tarot. Un jeu qui ne devrait contenir qu’une seule carte de mort devient composé exclusivement de celles-ci. C’est un bon petit prélude semi-effrayant… jusqu’à ce que cela arrive encore et encore – à Adam quand il revient avec Theo et plus tard à Gino. Honnêtement, nous comprenons. Toutes les personnes impliquées sont confrontées à un horrible présage, à une malédiction qui remet en question leur sort et leur destin. Il y a quelque chose de profond dans ces thèmes : Le destin est-il une force incontrôlable ? Sont-ils naïfs pour essayer de le combattre ? Ou existe-t-il un autre mal à portée de main qui espère les convaincre que c’est le cas ? Les saisons précédentes – comme
Hotel, Coven,
et
Apocalypse
– a également posé ces questions, mais avec la répétition des scènes de tarot, la manière dont cette saison présente ces thèmes est peu subtile.
Une autre répétition
AHS
Le thème qui se joue avec un peu plus de gravité est celui de l’incitation à un Zeitgeist culturel. Le Tueur au Mai Tai (Whitley) continue d’être l’élément le plus intéressant de la saison, et nous le voyons maintenant comme encore plus complexe, voire sympathique. Comme nous l’avons mentionné, il révèle aux deux jeunes hommes qui étaient coincés dans l’ascenseur avec lui dans l’épisode quatre et qu’il s’apprête à tuer qu’il est en train de fabriquer un corps en utilisant les parties de plusieurs autres. Il a l’intention d’exposer cette création lors de la parade de la Fierté de New York afin de mettre en lumière les luttes et les souffrances de la communauté homosexuelle de New York, malgré les belles paroles qui lui sont adressées. Il veut faire bouger les choses avec cette création et forcer le monde à voir la vérité. Il espère, semble-t-il, qu’en assassinant tous ces hommes gays, la communauté gay dans son ensemble en bénéficiera. Plus tard, dans l’épisode 6, nous apprenons que le Tueur au Mai Tai a été forcé de travailler pour la mafia pour aider à éliminer les corps. S’il ne le fait pas, Henry (joué par Denis O’Hare), qui, nous l’apprenons également, travaille pour la mafia, révélera la sexualité de Whitley à sa famille.
Au milieu de tout cela, nous avons l’une des plus grandes révélations de la saison jusqu’à présent : Patrick et Sam
font
se connaissent car ils ont tous deux accidentellement tué un jeune homme sur Fire Island deux ans auparavant. Portant un masque de gimp et enchaîné à un pilori, ce jeune homme s’est accidentellement étouffé tandis que Patrick et Sam ont tous les deux, sans le savoir, fait cheminer son cadavre. S’il y a une scène la plus
AHS
… jusqu’à présent, c’est celui-ci. Alors que Patrick et Sam avaient été précédemment suggérés comme étant des malades sadiques, il semble que ce soit plutôt ce sombre secret qu’ils partagent qui les colore. Dans tous les cas, Sam appelle Henry pour l’aider à se débarrasser du corps, qui fait appel à Whitley pour s’occuper des parties gores. C’est ici que nous comprenons un peu mieux ce que Whitley veut dire à propos de l’hypocrisie de la ville – il a été témoin direct de la façon dont des homosexuels innocents sont éliminés comme s’ils n’étaient rien, sans que la ville en tant qu’institution ne sourcille jamais. Peut-être que ce type n’a pas tort ! Alors que l’histoire entre Patrick, Sam, Henry et Whitley se déroule, Gino découvre lui aussi leur horrible secret. Aussi dévastateur que cela soit, cela le rapproche de la découverte de l’identité du Tueur au Mai Tai. En fait, à la fin de l’épisode, il est sur le point de le suivre dans sa maison (son appartement ?) des horreurs.
– La deuxième activité de Kathy, celle de médium, ne doit pas s’arrêter là. Au début du cinquième épisode, elle mentionne une « nouvelle » activité, et il semble que ce soit celle-ci. Pourtant, rien n’explique pourquoi elle s’est lancée dans cette aventure, d’autant plus qu’elle ne croit même pas à tout cela. Il se passe quelque chose d’autre !
– La grossesse d’Hannah semble être une source potentiellement riche de sens. Cette saison est hypermasculine, mais comme le suggère l’une des cartes de tarot, la grossesse met l’accent sur le sens du divin féminin. Elle mentionne également qu’elle a rêvé que le bébé avait des tentacules, ce qui est sûrement une référence à la saison précédente où des femmes ont effectivement donné naissance à des bébés extraterrestres avec des tentacules.
– Évidemment, il y a toujours cette histoire de maladie… et ce que peut bien être Big Daddy. Je suis sûr que nous en saurons plus plus plus tard, mais pour l’instant, c’est Mai Tai heavy.

READ  La Maison du Dragon : Les sauts dans le temps sont-ils efficaces ? -

Table des matières

Plus d'articles