Les 13 meilleurs podcasts de cinéma du moment –

C’est le grand moment de l’année : la saison des films d’automne ! Plus précisément, c’est le moment du calendrier, juste un peu après la mêlée des festivals de cinéma et alors que les premières vagues de films à succès commencent à sortir, où mon cerveau se met soudain à se concentrer sur les questions relatives aux Oscars, les paris sur les récompenses et les horaires de sortie des nouveaux films dans mon cinéma indépendant local, ici en Amérique centrale, avec son retard considérable dans la distribution des nouvelles sorties.
Pour commémorer l’occasion, j’ai pensé qu’il serait amusant de consacrer une newsletter entière au genre dynamique des podcasts de films. (Fait amusant : les podcasts de cinéma ont été les tout premiers podcasts auxquels j’ai participé lorsque je suis devenu un fan de ce média. Chapeau bas à l’OG
Filmspotting
.) À cette fin, j’ai contacté
New York
Bilge Ebiri, critique de cinéma, qui se trouve être un mécène et un invité exceptionnellement prolifique de ce type d’émissions.
Nick Quah :
J’ai l’impression, rien qu’en suivant votre fil Twitter au fil des ans, que vous écoutez pas mal de podcasts sur le cinéma. Qu’est-ce que vous écoutez en permanence ?
Bilge Ebiri :
C’est bizarre, parce que je ne me considère pas comme un grand auditeur de podcasts sur le cinéma. J’écoute surtout des podcasts sur le sport et le basket-ball – principalement parce que je ne supporte pas de lire des reportages sur le sport – et je préfère souvent lire sur les films que d’en entendre parler. J’ai été
un invité
sur beaucoup de podcasts. J’aime les faire, et ce sont tous des gens très intéressants. Lorsque je suis invité à participer à un podcast, j’en écoute autant que possible avant d’y participer pour me faire une idée de ce qu’ils sont. Très souvent, je reste dans les parages et j’y plonge lorsqu’un acteur, un réalisateur ou un invité m’intéresse.
Ceux que je
font
sont celles que je me sens coupable de ne pas écouter tout le temps. L’une d’entre elles est
Vaches dans le champ

. C’est l’œuvre de Justin Khoo et de sa femme, Laura, qui sont tous deux d’une intelligence aveuglante. Justin enseigne d’ailleurs la philosophie au MIT. C’est l’un des rares podcasts que j’écoute même s’il s’agit d’un film qui ne m’intéresse pas nécessairement ou dont je n’ai jamais entendu parler, ce qui est rare. Ils apportent un niveau de… « discours élevé » n’est peut-être pas le bon mot, mais ils sont capables d’aborder des thèmes philosophiques profonds avec ces films d’une manière que beaucoup de podcasts de films n’ont pas tendance à faire. Ils vous amènent à réfléchir sur les idées contenues dans un film, ce qui fait que vous vous retrouvez à travailler lorsque vous parlez avec eux.
Un autre podcast que j’aime bien est
Light the Fuse

. Il s’agit surtout de
Mission : Impossible
mais il arrive qu’ils s’en aillent faire un autre film qui a un lien quelconque avec celui-ci. Récemment, ils ont fait quelques épisodes autour de
Top Gun
et ils appellent cette série
Allumer le fuselage
. C’est probablement le meilleur podcast à écouter si vous êtes un tant soit peu intéressé par l’art de faire des films. La plupart de leurs invités sont des personnes qui ont travaillé sur
Mission : Impossible
ou des films adjacents – par exemple, ils ont fait appel à Joseph Kosinski, qui a réalisé
Top Gun : Maverick
ou Eddie Hamilton, qui a édité
Top Gun
. Ils parlent aux monteurs, aux concepteurs du son, aux assistants cameramen. Ce qui est bien quand on fait appel à ces personnes, c’est qu’elles entrent vraiment dans le vif du sujet. Surtout quand ils parlent de films du passé, les conneries disparaissent. Les gens ne sont pas en mode promotion. Et comme il s’agit souvent de personnes qui ne sont pas formées aux médias, on peut obtenir beaucoup de bonnes histoires.
Le podcast est également court, ce que j’apprécie. Je n’ai rien contre les longs podcasts, comme, vous savez, le…
Blank Check

les gars. J’ai participé à cette émission quelques fois aussi. Ils font un bon travail avec les podcasts épiques de deux ou trois heures, mais mon problème est que je commence à en écouter un pendant environ une heure, et je l’adore, mais je ne le finirai jamais parce que ma promenade est terminée ou que la vaisselle est faite, vous savez ?
Il y a tous ces autres petits podcasts que j’ai vraiment aimé faire et écouter.
Une sortie dans les années 2010

qui se concentre sur les films des années 2010. Le site
Face B

.
Oeuvre Busters
dont je ne peux pas dire s’il existe encore. [
Nick’s note
: They are, but have since rebranded as
Rohmercast
.] Ils faisaient des plongées en profondeur sur des réalisateurs spécifiques. C’est un autre podcast comme
Vaches dans les champs
où les hôtes étaient vraiment bien préparés, tout le monde connaissait son sujet, et nous avons parlé de concepts captivants.
Cannes I Kick It

qui examine les films d’un festival particulier et s’en sert comme excuse pour parler de différents réalisateurs. J’y suis allé pour
parler de Claire Denis
qui, comme chacun sait, n’a pas participé à beaucoup de festivals de Cannes.
Le spectacle de la scène cinématographique

est une émission sur laquelle j’étais juste pour
parler de Trois mille ans de nostalgie
. L’un des animateurs et moi avons eu une brève altercation, ce qui était amusant. Cela peut être amusant si vous êtes tous d’accord sur un film, mais j’aime vraiment quand il y a un vrai échange. Je n’ai pas souvent l’occasion de le faire dans ma vie quotidienne. Je vois des collègues critiques lors de projections et autres, mais nous ne parlons pas beaucoup. Je suis à la maison avec ma femme et mon fils, et parfois mon fils voit les films que je vois, mais pas si souvent. Je pense que chaque fois que je lui montre un film, il se sent obligé de dire qu’il l’aime.
J’aime vraiment
Watch With Jen™

. Il s’agit du podcast de Jen Johans, qui est basée en Arizona, je crois, et qui reçoit des invités pour parler d’un sujet spécifique, puis de plusieurs films autour de ce sujet. J’ai participé à un épisode où nous avons parlé des films de
des films de Colin Farrell
et dans quelques semaines, je reviendrai pour parler des films de Ralph Fiennes. Ils sont liés à des films qui vont sortir, mais c’est l’occasion de parler de ces films plus anciens, et pour moi de revisiter ces films plus anciens, ce que j’aime beaucoup faire.
Bien sûr, j’adore les podcasts de mon ami Blake Howard, qui a fait
One Heat Minute

qui était un très bon projet. [
Nick’s note
:
It was
— the premise involves dedicating each episode to talking about a different minute in Michael Mann’s iconic film
Heat
.] Blake est depuis devenu un
impresario de podcasts
. Il a réalisé tous ces autres projets différents, et je suis stupéfait de voir à quel point il parvient encore à être enthousiaste pour un type qui semble faire plusieurs podcasts par jour. Après
Une minute de chaleur
il a fait
Toutes les minutes du Président

qui a été phénoménal. Il a aussi fait
un Zodiac série
qui était merveilleuse, et beaucoup plus scénarisée. Il fait
Miami Nice

avec Katie Walsh, et vous savez,
j’adore Miami Vice
. Ça a commencé avec eux qui parlaient juste de
Miami Vice
et combien ils l’ont aimé et ça a grandi et grandi et grandi. Maintenant, ils auront un gars qui était l’assistant de Colin Farrell sur ce film. C’est devenu plus granulaire, et plus bavard, ce qui est génial.
Nick Quah :
Je suis frappé par le fait que les podcasts de films sont particulièrement bons pour se brancher sur deux modes d’engagement qui sont proéminents dans la culture cinématographique : l’analyse profonde, presque exégétique, et l’éphémère nostalgie. C’est une sorte d’espace pour un traitement extrême de l’histoire, en fait.
Bilge Ebiri :
C’est ça le problème. J’aime écrire sur des films plus anciens, et je trouve fascinant de voir à quel point le passé a été peu préservé à l’ère de l’Internet. Nous pensions qu’Internet allait tout préserver, que nous n’aurions pas besoin de nous souvenir des choses parce qu’Internet s’en souviendrait pour nous. Mais c’est l’inverse qui s’est produit, et nous avons réalisé : « Oh oui, qu’Internet se souvienne de tout ne veut rien dire si nous ne nous en souvenons pas nous-mêmes. » Donc vous avez tous ces trucs qui n’existent que dans l’esprit des gens qui… eh bien, sont vieux. J’aime beaucoup de ces podcasts parce qu’ils parlent de vieux films. C’est une façon d’en parler sans avoir à trouver un point de vue ou à le rattacher à un anniversaire.
Bien que j’en aime certains qui sont plus des mises à jour d’informations, comme le [horror-centric]
New Flesh

podcast. J’aime

Disaster Girls

,

par Jordan Crucchiola (qui travaillait à ) et Amanda Smith, où ils ne parlent que de films catastrophe. Il y en a tellement qu’ils ont des possibilités infinies de parler de ces films. J’adore ça, les podcasts qui sont construits autour d’un sujet spécifique comme celui-là. D’une certaine manière, les blogs faisaient ça avant. Il y avait un blog dédié à tel ou tel type de film. J’en vois de moins en moins aujourd’hui, et oui, je suppose qu’ils ont en quelque sorte migré vers les podcasts.
Nick Quah :
Avez-vous l’impression que la critique cinématographique, et peut-être la critique en général, se déplace vers ces autres espaces numériques ? Ou, peut-être, si vous essayez de trouver votre voie dans la critique, faire un podcast ou des essais sur YouTube pourrait être un moyen d’ouvrir la porte ?
Bilge Ebiri :
Voilà le truc : je ne regarde rien sur YouTube. Pas parce que je pense qu’ils sont mauvais ou quelque chose comme ça. C’est juste une habitude au bureau où je sens que si je regarde une vidéo YouTube, je ne fais pas mon travail. Alors qu’un podcast s’écoute en étant multitâche. Je ne peux pas vraiment écrire quand j’écoute un podcast, mais je peux faire un million d’autres choses.
Pour ce qui est de la critique, je ne sais pas si c’est une manière
sur
tant que c’est un moyen d’aller plus loin dans cet espace. Je me souviens, un des premiers podcasts que j’ai fait était
The Cinephiliacs

qui a été lancé par Peter Labuza. À l’époque, il travaillait dans un cabinet d’avocats. Un jeune homme. Diplômé de l’université, si je me souviens bien. Nous venions après les heures de travail au cabinet d’avocats et nous nous asseyions dans la salle de conférence – il avait la permission de le faire – et il installait le microphone et tout le reste. Ensuite, il interrogeait l’invité, généralement des critiques, pendant environ une heure sur leur carrière et d’autres choses, puis il parlait d’un film. C’était un podcast très amusant à faire, et Peter était vraiment, vraiment intelligent. Il a continué, et je pense qu’il est maintenant … un universitaire, je veux dire. [
Nick’s note
: Labuza is
now a researcher
with the International Cinematographers Guild. Also, Ebiri’s
very first
film podcast experience was on
Filmwax Radio
, an interview show hosted by Adam Schartoff, which started way back in 2011.]
Un podcast, je pense, peut être un moyen d’aller de l’avant, mais je ne sais pas s’il y a beaucoup de cas de quelqu’un qui a fait un podcast et qui est ensuite passé à un autre média, parce qu’ils exigent des compétences assez différentes. Beaucoup d’écrivains ont un travail régulier ou autre, mais ils ont aussi un podcast, ce qui les met en contact avec un public différent. Je trouve que lorsque je fais un podcast, vous savez, j’ai beaucoup de nouveaux adeptes qui sont plus jeunes. Je ne sais pas s’il y a une corrélation, mais c’est mon impression.
Nick Quah :
Dernière question. Alors que nous nous rapprochons de la saison de la NBA : votre podcast de basket préféré ?
Bilge Ebiri :
Oh, alors j’en ai trois, et j’écoute tous les épisodes de ceux-ci. Il y a le
Glue Guys
podcast, qui est essentiellement deux fans des Nets. Ils sont sous
The Athletic
donc ils aiment parler de
comment ils sont maintenant une filiale de New York. Times
. Ils ne font pas beaucoup d’analyses en cours de match. Ils parlent surtout un peu d’un match, mais ils parlent beaucoup de l’ambiance qui règne autour des Nets.
J’aime vraiment le
Brooklyn Buzz

podcast, hum, qui est encore une fois, deux fans des Nets. L’un d’entre eux est en fait en Australie, Jack Manuel, ce qui est amusant car il est fan des Nets depuis des années, avant qu’ils n’aient tous ces joueurs australiens. C’est un podcast amusant, car Jack est très ému par les Nets. Il est très ému par le match et se met à crier et à hurler, ce qui est génial.
Et le dernier est
Locked On Nets
. Ils ont l’impression de suivre les Nets depuis plus longtemps que quiconque, car ils ont un vrai sens de la perspective et une qualité de réflexion. J’apprécie vraiment cela, parce qu’une chose que j’ai trouvée avec beaucoup de podcasts sportifs, c’est que personne… Je veux dire, nous avons parlé du film et des gens qui n’ont aucune mémoire, mais comparé aux gens des podcasts sportifs, les gens des podcasts cinématographiques sont comme des éléphants !

READ  Yellowstone, le film à succès de Kevin Costner, franchit une étape importante pour la télévision avec la première de la série 5 - Fortune

Table des matières

Plus d'articles