La problématique : « Falling Down » à 30 ans, une parabole proto-MAGA avec un Michael Douglas diminué

Lorsque le prolifique (et toujours disert) réalisateur américain Joel Schumacher est décédé en 2020, pour une appréciation dans Decider, j’ai caractérisé son drame à suspense de 1993 Falling Down comme « un thriller plus ou moins alarmiste ». Cette année marque le 30e anniversairee anniversaire de la sortie du film. Si l’on considère le film lui-même et sa réception au fil des ans, on est un peu surpris.

Le film, écrit par Ebbe Roe Smith, avait pour but d’être une histoire d' »homme oublié » plus provocante que d’habitude. Michael Douglas incarne William Foster, un type ordinaire brisé par le système et par son propre attachement à celui-ci. Il devient un maraudeur à travers les quartiers de L.A., à la fois délabrés et privilégiés, après avoir choisi de sortir d’un embouteillage pour « rentrer chez lui ». Son état de fatigue croissant et les armes qu’il réussit à rassembler au cours de son périple fournissent toutes sortes de séquences suggérant un état d’esprit du type « c’était un pays convenable ». Etant donné la manière dont le film soutient sournoisement cette proposition (« bien sûr, c’est raciste de regarder de travers les commerçants asiatiques, mais ont-ils une attitude ou un comportement ? quoi? » C’est comme ça que se passe une scène, pour un peu) il y a une ironie non négligeable dans la dernière question de Foster : « Je suis le méchant ? »

La première surprise que j’ai eue en faisant des recherches sur ce film est le fait qu’il s’agit de l’une des œuvres les mieux notées de la carrière de réalisateur souvent larmoyante de Schumacher. (Roger Ebert a noté : « Certains le trouveront même raciste parce que les cibles du héros du film sont afro-américaines, latinos et coréennes, avec quelques Blancs pour équilibrer. Ces deux approches représentent une lecture facile du film, qui parle en fait d’une grande tristesse, qui tourne à la folie, et qui peut affliger toute personne à qui l’on dit, après de nombreuses années de dur labeur, qu’elle est inutile et sans intérêt… Ce qui est fascinant dans le personnage de Douglas, tel qu’il est écrit et joué, c’est le noyau de tristesse dans son âme. » Peter Travers de Rolling Stone a déclaré que la performance de Douglas avait « une poignante intensité qui éclaire des vérités inconfortables sans excuser le personnage ». Il poursuit : « Schumacher aurait pu exploiter ces gros titres de tabloïds sur des citoyens solides qui deviennent fous. Au lieu de cela, le film opportun et captivant La chute met un visage humain sur une statistique froide et nous met au défi de détourner le regard. » Ooh, il nous met au défi, c’est ça.

Je pense que Hal Hinson du Washington Post était plus précis à l’époque lorsqu’il accusait Schumacher et sa compagnie de vouloir avoir le beurre et l’argent du beurre en ce qui concerne le personnage de Douglas, qui est souvent appelé « D-FENS » d’après sa plaque d’immatriculation. (Vous voyez, avant d’être licencié, il travaillait comme ingénieur de la défense. Ce qui rend un peu absurde le passage « comique », vers la fin du film, où un jeune Noir à vélo lui apprend à utiliser un lance-roquettes. Bref).

FALLING DOWN, Michael Douglas, 1993
Photo : Everett Collection

Le film commence par un embouteillage délétère tout droit sorti du film de Fellini. 8 ½, mais comme Foster est un vrai gars dans un vrai embouteillage et non un réalisateur frustré qui fait un rêve, c’est pire. Et donc il craque. (Il quitte sa voiture et se met à marcher, ce que personne ne fait à L.A., comme le dit la chanson. Et bien sûr, c’est son dernier jour dans la police et bien sûr, il y a des événements dans son passé qui l’ont rendu timide et bien sûr, plusieurs autres clichés qui sont rendus moins épineux grâce à la superbe performance de Duvall.

Alors que Foster se fraye un chemin dans les rues du barrio, le film commence son double jeu. La bodega dans laquelle il entre pour obtenir de la monnaie pour un téléphone public (afin qu’il puisse harceler son ex-femme ! Qui a obtenu une ordonnance restrictive contre lui ! Mais c’est l’anniversaire de sa fille et il veut « rentrer à la maison ») est dirigée non seulement par un Coréen, mais par un Coréen à l’air truculent. Qui fait payer 85 cents pour une canette de Coca. Ça semble être une bonne affaire aujourd’hui ! Mais Foster, furieux de ne même pas recevoir un quart de monnaie, et après tout, c’est ce dont il a besoin pour le téléphone. Après s’être plaint « Vous venez dans mon pays, vous prenez mon argent, vous n’avez même pas l’élégance de parler ma langue », Foster donne au type (Michael Paul Chan) une leçon sur l’arnaque des prix tout en faisant tomber des articles des étagères. Vous vous souvenez de la phrase de Chris Rock « Je ne suis pas d’accord avec O.J. mais je le comprends » ? Tellement de Falling Down c’est ça, mais pour les vieux hommes blancs.

Cependant. Ce film n’est finalement pas, comme il se trouve, un ballon d’essai pour les types MAGA, à moins que vous n’adhériez réellement à l’argument selon lequel les types MAGA étaient vraiment mus par « l’insécurité économique » plutôt que par un racisme virulent et une insécurité de statut général. Pour souligner ce point, Foster, après avoir remporté deux grandes victoires contre des membres de gangs latinos et être reparti avec un sac de sport rempli d’armes, se rend dans une sorte de magasin de surplus de l’armée. Là, il apprend que son propriétaire, un Frederic Forrest très exagéré, est un nazi suprématiste blanc qui possède une collection de souvenirs ignobles à l’arrière de sa boutique. Avant de faire découvrir son trésor à Foster, il met un couple d’homosexuels à la porte du magasin, insulte la femme policier (Rachel Ticotin, dans le rôle de la partenaire de Duvall) qui traque Foster, et fait d’autres trucs antisociaux.

« Je suis avec toi ! Nous sommes pareils, toi et moi », dit Forrest à Douglas, dans le style de Frank-Booth. « Nous ne sommes pas pareils. Je suis un Américain, tu es un trou du cul malade », réplique Douglas. Bien content d’avoir dégagé que en haut.

CHUTE DE VERRES BRISÉS FENÊTRES BRISÉES
Photo : Everett Collection

La scène la plus célèbre du film se déroule dans un fast-food fictif appelé Whammyburger, où Foster tente de commander un petit-déjeuner, mais on lui dit qu’il ne peut pas l’avoir, parce que l’établissement passe au menu du déjeuner à 11h30, et qu’il est maintenant 11 h 33. Il s’agit d’une sorte d’inversion de la scène du « Meilleur petit-déjeuner garanti » dans le film Fast Times at Ridgemont Highce qui fait que le pauvre Brad se fait virer. Ici, personne ne se fait virer ; à la place, Foster sort un fusil automatique de son sac de sport et tire (par inadvertance) dans le plafond.

Ce qui rend la scène intéressante maintenant, c’est la façon dont tout le monde dans le restaurant se fige de terreur lorsque l’arme est sortie. De nos jours, dans certains États – ceux qui pratiquent le « port ouvert » – on voit des types costauds entrer dans des cafés et des sandwicheries armés jusqu’aux dents, avec des chargeurs de rechange attachés à leur dos, et je suppose que l’étiquette veut que l’on ne dise pas un mot ou que l’on ne réagisse pas du tout, que l’on fasse comme si c’était normal. Je me demande. Si vous deviez dire à l’un de ces types : « Il est clair que vous essayez de compenser vos sentiments croissants d’impuissance et d’inutilité dans la société contemporaine », que pensez-vous qu’il ferait ? Ils vous tireraient dessus ? En fait, après avoir tiré, Foster s’est excusé et a essayé de faire en sorte que tout le monde dans le restaurant se détende. Puis il se plaint de la qualité de la nourriture. Vous voyez où il veut en venir ? RIEN NE FONCTIONNE.

Dans un geste très scénaristique, le titre du film est évoqué par sa partenaire Tuesday Weld, qui chante « London Bridge is falling down » à son mari Duvall. Les paroles ont une signification supplémentaire pour eux, car à leur retraite, le couple doit déménager à Lake Havasu, en Arizona, où se trouve aujourd’hui le London Bridge, ou du moins une version antérieure de celui-ci. L’un des pires péchés de ce film est l’utilisation abusive de la grande Weld, déglacée et jouant une harpie farouchement névrosée. Le personnage de Duvall est censé représenter un homme oublié plus raisonnable que celui de Douglas. Il récupère sa pertinence en disant à sa femme de se taire d’une part et en frappant un collègue qui ose désobliger sa femme d’autre part. Bon, alors.

Filmé de manière experte par Andrezj Bartowiak (on ressent vraiment la chaleur de L.A., bien que le film soit loin de transpirer autant que celui de Schumacher en 1996). A Time To Kill) et vivement édité par Paul Hirsch, La chute est l’un des films les plus techniquement accomplis de Schumacher. Bien que sa coupe de cheveux sévère fasse environ 20 % du travail à sa place, Douglas s’investit pleinement dans la nocivité et l’apparente sensibilité de son personnage. (Barbara Hershey, pas tout à fait aussi étouffée que Weld, joue le rôle de sa femme séparée). Malgré toutes les significations visuelles que le film présente pour souligner le fait que Foster est dans l’erreur, le film cède aussi fréquemment à toutes les formes d’accomplissement des souhaits de l’homme blanc grincheux. Plus d’une scène démontre qu’il peut être très gratifiant de pouvoir pointer une arme sur quelqu’un qui vous ennuie. Ça les fait taire, la plupart du temps. Le crétin avec la chaîne en or qui s’agite parce que Foster prend trop de temps dans une cabine téléphonique. Les deux riches caricatures à la Abe-Simpson sur le terrain de golf, également. En accordant à Foster une part d’humanité, le film prive ces personnages de la leur. Sans vouloir être trop hippie, mais c’est pourquoi Falling Down et les films comme celui-ci finissent par faire partie du problème qu’ils essaient de déplorer.

Le critique chevronné Glenn Kenny critique les nouvelles sorties sur RogerEbert.com, le New York Times et, comme il sied à quelqu’un de son âge avancé, le magazine AARP. Il tient un blog, très occasionnellement, à Some Came Running et tweete, le plus souvent pour plaisanter, à @glenn__kenny. Il est l’auteur du livre acclamé 2020 Made Men : L’histoire de Goodfellas, publié par Hanover Square Press.

READ  À voir ou à laisser : " Stars at Noon " sur Hulu, le thriller romantique sexy, romantique et ennuyeusement vague de Claire Denis.

Table des matières

Plus d'articles