La Maison du Dragon : Larys a-t-il vraiment fait tuer Mysaria ? – Vautour

Des spoilers suivent pour La Maison du Dragon à travers l’épisode neuf, « Le Conseil vert », et le livre de George R. R. Martin Le feu et le sang.
La Maison du Dragon
Les épisodes ont tendance à laisser leurs derniers instants dans le vague. Des questions subsistent après la fuite de
la fuite de Laenor dans « Driftmark ».
et l’obsession du roi Viserys pour la prophétie dans
« The Lord of the Tides ».
et à son crédit,
« Le Conseil Vert »
change les choses, en termes de timing. La scène incompréhensible de cet avant-dernier épisode intervient à peu près à mi-parcours, lorsque Mysaria, l’ancienne amante de Daemon et désormais redoutable maître espion à Port-Réal, est apparemment brûlée à mort sur ordre de Larys Strong. Tous les murmures qui circulent sont devenus le bruit d’une flamme rugissante, et Mysaria pourrait être la dernière victime de ce brasier.
Avant que le feu n’éclate, Larys propose de commettre ce meurtre à Alicent, qui le dédommage dans une première version de WikiFeet. Nous avons déjà vu
jusqu’où Larys est prêt à aller
au nom de sa reine, donc nous sommes certainement censés croire que Mysaria, au moins…
pourrait
être morte. (Si vous n’avez pas compris que le bâtiment en pierre incendié 46 minutes après le début de l’épisode est celui de Mysaria, le balcon du niveau supérieur où nous l’avons vue dans « The Lord of the Tides » est un indice architectural). Mais d’un point de vue narratif, pouvons-nous vraiment supposer que Mysaria, un personnage qui, dans les livres, était un acteur majeur de la Danse des Dragons mais qui, à l’écran, n’a pas encore été plus qu’un accent criard, est hors jeu ?
Comme
La Maison du Dragon
s’est surtout concentrée sur les coups bas et les manœuvres entre les Targaryens, les Hightowers, les Velaryons, le Petit Conseil et les autres grandes maisons, les gens du peuple n’ont pas eu voix au chapitre dans la série. C’est en grande partie conforme à cet univers ; rappelez-vous comment
Game of Thrones
en présentant le point de vue de la classe dirigeante, a traité les gens ordinaires de Westerosi comme un élément secondaire, à l’exception du désir de Dany de « briser la roue ». Et tout comme
Game of Thrones
en élevant la travailleuse du sexe Shae aux côtés de Tyrion Lannister afin qu’elle puisse exprimer un point de vue extérieur et fournir des informations précieuses sur la manipulation des désirs des autres,
La Maison du Dragon
a placé la Mysaria de Sonoya Mizuno à côté de Daemon. Après l’avoir présentée dans
« Les Héritiers du Dragon »
comme une personne consciente des tendances incestueuses de Daemon (« Je pourrais même en arranger un avec des cheveux argentés » dit-elle lorsqu’il a du mal à jouer, l’une des bizarreries les plus curieusement abandonnées de la série), Mysaria devient presque la seconde épouse de Daemon dans
« The Rogue Prince ».
Mais lorsque Mysaria se rend compte que Daemon l’utilise – en mentant sur sa grossesse et sur ses intentions de la prendre comme seconde épouse pour pouvoir voler un œuf de dragon et s’installer à Dragonstone, loin de sa femme dans l’Eyre – elle l’abandonne. Dans un écho très croustillant de la façon dont
Game of Thrones
Après avoir présenté Dany comme la sauveuse bienvenue de Slaver’s Bay, Mysaria réprimande Daemon pour l’avoir mise en danger en l’entraînant dans son conflit avec son frère : « J’ai été vendue comme propriété plus de fois que je ne veux le compter, en commençant dans une patrie dont je ne me souviens plus. J’ai passé la plupart de mes années à vivre dans la terreur. … Je ne suis pas entré à votre service en voulant de l’or, du pouvoir ou une station. Je suis venu à vous pour être libéré [from] de la peur. »
Ce discours aurait probablement plus d’impact si Mizuno ne le prononçait pas avec l’accent le plus mystiquement discordant entendu dans cette franchise depuis l’embarras des
Serpents de sable
et si la caractérisation de Mysaria était plus profonde qu’une étrangère qui croit sincèrement qu’un Targaryen a ses intérêts à cœur. Pourquoi une prostituée endurcie serait-elle amenée à penser cela en premier lieu ? Je refuse de croire que Daemon était réellement si charmant ; il n’était même pas encore devenu un héros de guerre !
Peut-être que cette présentation hâtive a pour but de faire comprendre à la Mysaria que nous retrouvons dans « The Lord of the Tides » en tant que maître espion du Ver Blanc, qu’elle est quelqu’un qui travaille en dehors des limites du pouvoir officiel, qui veut faire la différence grâce à l’information et à l’accès. C’est au moins un peu plus de profondeur que ce que George R. R. Martin lui a donné dans « The Lord of Tides ».
Feu & Sang
dans lequel la « pâle inconnue » Mysaria réapparaît alors que la guerre a déjà commencé. Mais il y a un décalage dans « Le Conseil Vert » entre la façon dont Mysaria est supposée être rusée, intelligente et astucieuse, et pourquoi elle croirait une fois de plus la promesse d’un homme de haute naissance de mieux se comporter. (L’intrigue secondaire dans laquelle Mysaria demande à Otto de l’aider à arrêter un réseau de combat d’enfants est créée par la série et distincte du matériau source).
Une fois que Grand-père Otto Hightower a Aegon en main et en a fait le nouveau roi, quel besoin a-t-il de faire cesser les combats – et, c’est implicite, les bordels – qui asservissent les enfants à Flea Bottom ? Quel moyen de pression Mysaria aurait-elle sur lui après cela ? Et pourquoi Mysaria, qui a dit une fois à Daemon à propos de la lutte pour la succession, « Vous pouvez vous permettre de jouer à vos jeux stupides avec le roi, mais pas moi », se retrouve-t-elle au milieu d’un autre jeu stupide entre Otto et Alicent ? L’orgueil, peut-être, s’est construit après ce que Larys sous-entend comme étant 15 ans de tissage de toile dans le Donjon Rouge. Mais Mysaria, plus que quiconque, ne saurait-elle pas qu’Aegon l’Ancien (en droit, paresseux, laissant des bâtards partout) est inapte à gouverner ? Pourquoi ne pas essayer de négocier avec Alicent, aussi ?
Pas comme Rhaenys qui menace la famille royale et
puis s’est envolée
sans agir, Mysaria choisissant d’abandonner Aegon semble être une décision hors de son personnage qui contredit l’esprit tactique et avant-gardiste que nous sommes amenés à croire chez ces femmes. L’opportunisme personnel de Mysaria ne s’accorde pas tout à fait avec sa nouvelle conscience de classe, et le personnage qui en résulte semble moins glissant à dessein qu’alambiqué par nécessité.
Tout cela nous ramène à la question soulevée par cette scène dans « Le Conseil Vert » : Mysaria est-elle morte ? Même si
La Maison du Dragon
s’est de plus en plus écarté de
Le feu et le sang
ce changement serait surprenant. Dans les sources, Mysaria est très impliquée dans la guerre entre les verts et les noirs, et la rivalité entre elle et Larys ne peut que s’intensifier à partir de là. Il serait plus logique que le feu qui était destiné au meurtre se transforme en un avertissement involontaire, qui pousse Mysaria à entrer dans la clandestinité et à émerger de nouveau dans l’histoire avec un développement de caractère supplémentaire qui justifie son surnom de Lady Misery. (Toute motivation supplémentaire et contextualisation pour Mysaria serait la bienvenue, bien que je me méfie des
sauts temporels
qui pourraient être impliqués). Rappelez-vous la fixation d’Helaena Targaryen sur les araignées, et sa capacité à prévoir « la bête sous les planches » : Mysaria a encore une autre toile à tisser, et avec un peu de chance
La maison du dragon
donne à Mizuno plus de choses à faire quand elle commence à tourner.

READ  Pourquoi Olev Kozlov du NCIS me semble si familier - Looper

Table des matières

Plus d'articles