Andor – Saison 1, Episode 9 –

Un grand nombre de choses importantes se passent dans l’excellent épisode de cette semaine.
Andor
Vous pardonnerez donc mon impudence en annonçant cette nouvelle : Syril a des sentiments pour Dedra, mais ils ne semblent pas avoir de retour ! Tout comme j’ai écrit « harcèlement » dans mes notes pour décrire le fait que Syril se présente devant le bureau de Dedra, visiblement découragé, pour le remercier vivement de sa récente promotion et de sa nouvelle vie, elle utilise le mot elle-même, en lui demandant raisonnablement s’il la harcèle. Il ne dit pas exactement non. Il
fait
la regarde exactement avec une grande ferveur, yeux bleus grisâtres contre yeux bleus grisâtres, alors qu’il explique qu’elle lui a montré à elle seule que « la justice et la beauté » ( !) existent encore dans cette galaxie.
Comme beaucoup de choses que fait Syril, c’est un peu exagéré. Syril ne fait qu’avouer son amour pour l’ordre imposé par Dedra, ce qui lui paraît (à juste titre) tout à fait inacceptable. Les sentiments qui se développent en lui sont un pur désordre, arrangé dans un paquet d’apparence propre et fastidieuse, rendu encore plus déconcertant par le fait que Syril rassemble toute sa confiance pour accomplir cet acte de fidélité « dérangé », comme il dit.
Où doit se situer la sympathie, le cas échéant, dans cette situation ? Syril a manifestement une personnalité de harceleur et fait sentir à Dedra qu’elle n’est pas en sécurité ; Dedra, d’un autre côté, est une fasciste qui aime la torture, alors peut-être est-ce une situation où il faut les laisser se battre. Il serait fascinant d’entrevoir sa vie de famille avec la même clarté que nous voyons Syril et sa mère à la table du petit déjeuner, avec leur consommation misérable de céréales, leur intimidation et leurs discussions sur ce salaud d’oncle Harlow.
C’est un testament à la force de l’esprit de
Andor
qu’une intrigue secondaire de taille comparable (ou du moins une intrigue pour laquelle nous n’avons droit qu’à une ou deux scènes par semaine) puisse inspirer des pensées aussi alléchantes. J’ai vraiment apprécié la plupart des
Obi-Wan Kenobi
mais ses nouveaux personnages ne vivaient pas dans l’espace hors-champ de manière aussi vivante que dans ce programme. Pour gérer cet ensemble croissant, cet épisode est structuré un peu comme
« Narkina 5 » de la semaine dernière.
: La première partie de l’épisode se caractérise par une alternance rapide et tendue entre Cassian en prison et une autre intrigue secondaire, en l’occurrence la torture de Bix aux mains de Dedra et du BSI, avant que Mon Mothma ne fasse une apparition à environ 40 % de l’épisode, tandis que le reste de l’épisode s’élargit, incluant Syril.
Syril n’a pas tort de penser que Dedra et lui sont une sorte de couple spirituel ; les deux personnages sont interprétés avec une délectation qui ne franchit jamais la limite de la caricature. Mais il y a une joie sadique visible sous l’officialité, et la pauvre Bix s’en aperçoit aussi lorsqu’elle affronte son oppresseur. « Vous avez l’air d’aimer ça », commente-t-elle après avoir vu Dedra se craquer le cou pour préparer son point de vue « nuancé » sur la torture qu’elle s’apprête à infliger, puis hausser un seul sourcil en direction de son prisonnier. Egalement torturé : Les métaphores de Dedra ! Ou du moins la métaphore qui se termine par la question « Êtes-vous un poisson ou un voleur ? » manque de l’élégance que nous attendons de cette série. (Commentaire sur le manque d’intérêt de l’Empire pour les arts libéraux, peut-être ? J’ai tendance à penser que non, mais peut-être !) Comme par hasard, pour expliquer pourquoi Bix n’est pas horriblement blessée pendant le reste de la série, si elle survit, Dedra lui soutire des informations à l’aide d’enregistrements de « supplications chorales et agonisantes » d’une race extraterrestre éliminée par l’Empire.
Il y a un fantastique montage sonore entre le cri agonisant de Bix et le ronronnement des équipements impériaux dans la prison de Narkina 5. Cassian est toujours en train de repérer les lieux, élaborant un plan d’attaque avec d’autres prisonniers. Il remarque que les pièces mobiles ne sont pas électrifiées/armées, et qu’il ne semble pas y avoir une tonne de gardes ou d’armes sur eux à tout moment. Il commence à plaider – même ou surtout auprès de Kino Loy, le prisonnier et surveillant – en faveur de l’évasion, qui est en fait un cas de rébellion. Il pense que l’Empire est si vaste qu’une partie de celui-ci doit être éparpillée dans la bureaucratie, plutôt que dans les vrais croyants que les prisonniers devraient craindre. « Personne n’écoute ! » hurle-t-il, prouvant bruyamment son point de vue quand il n’est pas embarqué pour une éventuelle sédition.
Personne ne regarde non plus, du moins pas d’assez près pour observer ce que Cassian voit pendant l’une de ses nombreuses files d’attente en prison : Des communications distantes entre diverses unités de travail de la prison indiquent que quelque chose ne va pas au niveau 2. Bientôt, une rumeur circule selon laquelle le niveau entier a été anéanti – 100 hommes sacrifiés au plancher électrique. Kino ne veut pas en faire tout un plat. « Il aboie à « ses » hommes, essayant de démentir la rumeur tandis que la caméra s’attarde sur le visage d’Andy Serkis, montrant la panique à peine contenue.
D’un point de vue purement physique, la situation est plus facile dans le coin de la galaxie où se trouve Mon Mothma, mais pas nécessairement plus rassurante : Elle doit faire face à une opposition vocale et belliqueuse au sénat pour avoir simplement plaidé pour une marche plus lente vers l’autoritarisme que les peines de prison draconiennes actuelles. Nous apprenons également une histoire inattendue : Vel est le cousin de Mon, issu d’un milieu tout aussi huppé. Ils ne savent pas grand-chose de leurs activités de rébellion secrète respectives, si ce n’est qu’ils en font tous les deux partie (et Vel est beaucoup plus confiante qu’ils ne se sont pas laissés dépasser par les événements). À la fin de l’épisode, Mon cherche à obtenir un « certain type de prêt » auprès de Davo Sculdun, un homme apparemment peu recommandable, à la suggestion de son ancienne camarade de classe Tay, et à sa grande consternation.
Dans beaucoup de séries de science-fiction à grande échelle, le fait que le personnage principal passe plusieurs épisodes derrière les barreaux n’est jamais un point fort (Feels kinda like
Lost
saison 3). Avec toute la galaxie à explorer, limiter l’action à l’intérieur d’une prison est à peu près aussi amusant que d’être à l’intérieur de ladite prison. Revenir à l’intrigue de la prison après Mon Mothma, Syril et Dedra devrait provoquer des gémissements. Mais l’histoire de la prison dans
Andor
s’annonce comme l’un de ses meilleurs. De retour sur Narkina 5, le membre le plus âgé du module de Cassian s’effondre, victime d’une attaque, et Cassian et Kino constatent que le traitement qui lui a été prescrit est sévère. Cassian et Kino constatent que le traitement qui lui est prescrit est sévère. Il est discrètement mis à mort environ un mois après sa libération supposée, et des circonstances similaires informent de ce qui s’est passé avec le niveau 2 : ils ont remarqué qu’un prisonnier tout juste libéré avait été immédiatement réintégré dans le système au lieu de laisser sa peine derrière lui. Lorsque cela est devenu évident, l’Empire les a tous tués plutôt que de laisser la nouvelle de cette tromperie se répandre. Le prisonnier-médecin qui s’occupe de l’ami de Cassian qui est tombé le dit clairement : « Personne ne sortira. » Cassian, sentant une ouverture, répète sa question précédente : « Combien de gardes à chaque niveau ? » Cette fois, Kino arrête d’esquiver, de gronder, et donne une réponse : « Jamais plus de 12. » C’est peut-être la meilleure coupe au noir de la série jusqu’à présent.
– Très bien, il est temps pour moi de manger des corbeaux : Andy Serkis, que j’ai décrit la semaine dernière comme coupable de surjouer dans sa forme humaine non-mo-casquée, est plutôt bon dans cet épisode. Je suis conquis. Je vais probablement acheter la figurine de Kino Loy le moment venu. (J’aimerais pouvoir prétendre que c’est le plus grand honneur que l’on puisse faire à un personnage de Star Wars, mais les collectionneurs sont la preuve vivante que ce n’est absolument pas le cas. Acheter une peluche inutile d’un personnage, cependant, ou un couvercle de boisson Taco Bell … peut-être.)
– Cassian fait valoir qu’ils doivent agir parce que la main-d’œuvre humaine, pour l’Empire, est « moins chère que les droïdes, et plus facile à remplacer ». Je n’en doute pas, mais cela me fait me demander, étant donné que
Andor
jette plus de chiffres réels qu’une
Star Wars
Ce que coûte un modèle moyen de droïde de combat par rapport à l’armure des stormtroopers, par exemple, dans un film ou une série. (Encore une fois, je ne doute pas que cette dernière soit moins chère ; d’après ce que nous avons vu, elle semble à peine fonctionner).
– Cette semaine dans les premières galactiques :
Andor
a représenté ce que je crois être les premières toilettes en live-action.
Star Wars
. Nous avons un aperçu de ce qui pourrait être la salle de bain de Jango Fett dans
L’Attaque des Clones
mais seulement brièvement, et sans trop s’attarder sur la plomberie. Félicitations à tous les participants !

READ  From Scratch : Un guide des pleurs pour le film de Netflix Zoe Saldaña Weepfest -

Table des matières

Plus d'articles