À voir ou à laisser : « The Big 4 » sur Netflix, un film d’action indonésien rempli à ras bord de sang et d’armes à feu.

The Big 4 (Netflix), réalisé par Timo Tjahjanto et écrit par Tjahjanto et Johanna Wattimena, associe le penchant du cinéaste indonésien pour la violence sanglante et les séquences de combat délirantes à de nombreuses plaisanteries et à un style de film d’action cartoonesque aussi référentiel que révérencieux. En ce qui concerne les films d’action hollywoodiens, le nom de Tjahjanto a récemment été associé aux reboots toujours en cours des deux films suivants Le Dernier Train pour Busan et Sous le siège. Ici, quatre assassins à la retraite font un retour fracassant au métier de tueur lorsque leur épineux arbre généalogique est menacé.

THE BIG 4: LE REGARDER EN STREAMING OU LE SAUTER ?

L’essentiel : Oui, Topan (Abimana Aryasatya), Alpha (Lutesha), Jenggo (Arie Kriting) et Pelor (Kristo Immanuel) sont des assassins – Petrus (Budi Ros), leur « papa », les a formés à l’art de tuer depuis qu’il les a recueillis en tant qu’enfants rebelles dans l’Indonésie rurale. Mais au fur et à mesure que nous sommes immergés dans la libération sanglante par les « Big 4 » d’un faux orphelinat géré par des préleveurs d’organes sur le marché noir, nous constatons qu’en réalité, ils ne tuent que pour une cause. « Nous avons toujours accompli nos missions », dit Petrus de retour dans leur cachette. « Pourtant, nous nous sommes rarement sentis vainqueurs. C’est notre destin. » Et si Pop est fier de ses protégés, il regrette aussi de les séparer, eux et leur travail, de sa fille biologique Dina (Putri Marino), qui vient d’entrer dans la police à Jakarta.

Avance rapide de trois ans. Dina est toujours hantée par le meurtre de Petrus lors d’une mystérieuse invasion de domicile, et peu importe le nombre d’affaires qu’elle résout au travail, cela ne le ramènera pas. Lorsque des questions persistantes sur la mort de son père conduisent Dina à une station balnéaire décrépite gérée par Topan, les deux hommes sont réunis lorsque des hommes armés attaquent et que Topan doit dire la vérité à la flic qu’il aime depuis des années sur Petrus, les Big 4 et l’histoire secrète du groupe de justiciers. Mais Dina n’a pas le temps d’être en colère ou de procéder à des arrestations, car Antonio (Marthino Lio), un trafiquant d’armes déséquilibré, et Alo (Michelle Tahalea), son acolyte équipé d’un lance-roquettes, sont dans les parages avec un nombre incalculable d’hommes de main.

READ  Où regarder "Long Slow Exhale" ?

Topan et Dina, rejoints par Jenggo et Pelor, retrouvent Alpha, qui joue le rôle d’une sirène digne de Disney dans un spectacle touristique sur la plage. Le groupe doit résoudre les problèmes de leurs liens familiaux épineux alors que l’armée privée d’Antonio ne cesse de rendre les choses difficiles. Et lorsqu’il s’avère qu’Antonio lui-même a des liens avec la mort de Petrus – ce qui expliquerait pourquoi il essaie de les assassiner – le Big 4 réuni et l’officier Dina doivent faire équipe, s’armer et mener le combat directement au marchand d’armes et à ses sbires.

THE BIG 4 NETFLIX MOVIE
Photo : Netflix

Quels sont les films que cela vous rappellera ? Timo Tjahjanto a reçu de bonnes critiques pour le film de 2018 La nuit vient pour nous (Netflix), qui met en vedette Abimana Aryasatya, semble être quelque peu lié sur le plan narratif à Les 4 grands, et présente une poignée de séquences de combat inégalées dans leur brutalité complète et totale. Tjahjanto a également collaboré avec le cinéaste Gareth Evans sur un segment de l’anthologie d’horreur de 2013. V/H/S/2et c’est Evans Le Raid et Raid 2 qui fournissent un précédent sanglant pour le grabuge de Les 4 grandsLe troisième acte de l’histoire.

Une performance qui mérite d’être vue : En tant qu’équipe d’assassins et frères et sœurs adoptifs, Abimana Aryasatya, Lutesha, Arie Kriting et Kristo Immanuel établissent rapidement la chimie et la hiérarchie entre le protecteur Topan, le fougueux Alpha, l’excentrique Jenggo et le petit frère Pelor.

Dialogue mémorable : « Qu’est-ce que vous y gagnez, de toute façon ? Tu es un flic, et nous sommes des criminels, non ? » La question d’Alpha à Dina serait pertinente dans n’importe quel autre cas, mais pour leur ennemi commun qui essaie de tuer tout le monde dans le voisinage immédiat. Et en plus, Dina dit aux justiciers, « Nous cinq, on aime le même père. » C’est un verrou et une charge pour ce cher vieux père.

READ  La star de "Des jours et des vies", Alison Sweeney, se réjouit d'avoir joué Sami Brady pendant 30 ans : "J'adore mon travail".

Sexe et peau : Rien ici.

Notre prise : « Longue histoire, soeurette – comme dans un film d’action… » Avec les personnages de The Big 4 fEn faisant référence à des films d’action et à des images éphémères comme la marche au ralenti d’un méchant, le glissement au ralenti sur le sol pendant que l’on tire sur des sbires et la scène d’équipement au ralenti, il est agréable d’être un spectateur et de suivre leur sténographie. The Big 4 a tendance à traîner en longueur : sa mise en place est maladroite, il passe trop de temps sur des combats largement comiques à la limite du burlesque, et finalement il offre une suite au lieu d’une résolution satisfaisante sur la raison pour laquelle tout explose. Mais chaque fois que la mécanique narrative du film de Timo Tjahjanto est mise en pause pour que les poings et les coups de pied volent ou que de nombreuses armes de gros calibre soient utilisées, le film s’anime avec le genre d’action cinétique et hyper-violente qui a fait sa réputation. Il est également utile que les acteurs sachent comment rendre tout cela divertissant. Abimana Aryasatya est formidable dans le rôle de Topan, lui donnant un côté bon enfant qui transforme souvent la violence qu’il déchaîne en une forme de juste protection. Et Lutesha et Putri Marino, dans le rôle d’Alpha, le justicier, et de Dina, l’officier de police, trouvent un espace pour se lier comme des sœurs retrouvées à travers toutes les fusillades. Quelle couverture une cabane de plage en herbe et en bambou peut-elle réellement offrir contre les tirs d’armes automatiques ? Leurs assaillants le découvriront à leurs dépens.

READ  L'animateur disgracié du "Bachelor" Chris Harrison est prêt à parler dans un nouveau podcast dramatique : "Je pense à ça tous les jours"

Les 4 grands garde aussi ses plus grosses giclées de gore pour la fin. Au cours de l’affrontement avec Antonio, annoncé dès son arrivée à l’écran, tous nos protagonistes ont l’occasion de montrer leurs compétences en matière de combat rapproché dans une séquence riche en rebondissements, qui fait également appel à la dynamique des plans continus.

Notre appel : STREAM IT. Les 4 grands s’engage avec le zèle habituel de son réalisateur pour les séquences de combat folles, plus c’est gros, plus c’est sanglant, plus c’est banal. Mais sa solide distribution permet aussi de rire un peu et d’avoir au moins quelques moments de répit.

Table des matières

Plus d'articles