À voir ou à laisser :  » Selena Gomez : My Mind And Me  » sur Apple TV+, un documentaire qui montre la pop star aux prises avec une maladie mentale et en quête d’un but.

Selena Gomez a d’abord connu la célébrité en tant que préadolescente de Disney, puis est entrée dans l’âge adulte en tête des charts de musique pop et est l’une des personnes les plus suivies sur Instagram. Quelque part en cours de route, tout est parti en forme de poire. Luttant contre une maladie auto-immune, le lupus, et un trouble bipolaire non diagnostiqué, elle s’est retirée de la scène publique et a finalement été hospitalisée à la suite de ce qui a été décrit comme une crise psychotique.

Présenté aujourd’hui en avant-première sur Apple TV+, le nouveau documentaire Selena Gomez : My Mind &amp ; Me retrace la vie de Selena Gomez avant et après sa dépression, ainsi que son ascension difficile après de multiples crises de santé. Tantôt intime, tantôt sensationnel, ce film a été réalisé par Alek Keshishian, surtout connu pour son influent film de tournée de 1991. Madonna : Truth or Dare.

SELENA GOMEZ : MY MIND &amp ; ME: LE REGARDER EN STREAMING OU LE SAUTER ?

Coup d’ouverture : Nous voyons Gomez dans une chambre d’hôtel à Paris en 2019. Alors que les maquilleurs lui peignent les lèvres et lui arrangent les cheveux, son regard perdu laisse entendre qu’elle préférerait être ailleurs. Nous la voyons ensuite sur la banquette arrière d’une voiture, la tête sur les genoux de sa meilleure amie et compagne de voyage Raquelle Stevens. « Je suis très fatiguée », dit Selena. Stevens lui demande : « Veux-tu prendre tes médicaments du matin ? », avant de répondre elle-même : « Je connais la réponse, mais… tu devrais ».

L’essentiel : En 2016, Selena Gomez était l’une des plus grandes stars du divertissement. Le monde l’avait vue grandir dans des programmes Disney tels que Hannah Montana et Les sorciers de Waverly Place mais comme d’autres enfants stars de sa génération, elle était impatiente de prouver qu’elle était désormais une adulte. Alors que le film est en cours de réalisation, Gomez se prépare pour une tournée de soutien à son album de 2015. Revival. Dès le début, elle est en proie à l’insécurité et au doute. Certains de ces sentiments sont le résultat de problèmes de santé persistants dus à son combat contre le lupus, une maladie auto-immune. D’autres semblent provenir de blessures psychiques au plus profond de son âme.

READ  Jennifer Lawrence donne un cours magistral de stoïcisme tranquille dans "Causeway" sur Apple TV+.

Alors que Selena pleure de dégoût devant son apparence et sa performance en coulisses, son management et sa maison de disques ne lui offrent que des platitudes. La jeune femme de 26 ans se plaint d’avoir le corps d’un « garçon de 12 ans » et est hantée par la perception qu’on a d’elle en tant qu’enfant star. « Je ne veux rien de plus que de ne pas être mon passé », dit-elle. Pour lui remonter le moral, ses managers lui offrent un sac de breloques, une pour chaque jour de la tournée. C’est le genre de cadeau que l’on offre à un enfant.

Le film est libre et facile avec la chronologie réelle des événements. Nous traversons à toute vitesse une boucle épuisante d’hôtels, de répétitions, de concerts et de rencontres avec des fans à la fois dévoués et habilités, tandis que les paparazzi la traquent en hurlant des questions telles que « Justin Bieber vous a-t-il obligée à aller en cure de désintoxication ? » Après trois mois sur la route, les dates restantes sont annulées. Quelque part au milieu de tout cela, elle subit une transplantation rénale et est ensuite hospitalisée après avoir parlé de se faire du mal. Mandy, la mère de Gomez, dit avoir appris l’épisode par le site de ragots TMZ.

Lorsque nous revoyons Gomez, nous sommes en 2019. Elle fait les cent pas de façon léthargique dans son manoir et parle de ses regrets et de son récent diagnostic de trouble bipolaire. Elle reconnaît que ses amis et sa famille l’ont tirée d’affaire et s’inquiète de sombrer à nouveau dans la dépression. Pour tenir ses craintes à distance et donner un sens à sa vie, elle s’efforce d’en apprendre davantage sur sa maladie et de sensibiliser le public aux problèmes de santé mentale dans le monde.

À la recherche d’un centre de gravité ferme, elle retourne dans sa ville natale du Texas où elle rend visite à son cousin et à ses anciens voisins dans la rue où elle a grandi. « Après être sortie du dernier centre de traitement, je savais que ce qui me rendait heureuse, c’était le contact », dit-elle. Elle se rend ensuite au Kenya pour visiter une école pour femmes qu’elle a financée grâce à l’association WE Charity. Bien qu’elle soit issue d’origines tout aussi humbles, c’était il y a longtemps et elle ne semble pas à sa place, mais elle est aussi revigorée par cette expérience et voit une voie à suivre.

READ  À voir ou à laisser : " Mind Your Manners " sur Netflix, où Sara Jane Ho, experte en étiquette, aide les gens à trouver le meilleur d'eux-mêmes.

Les bons moments ne durent pas. Par la suite, un voyage de presse en Europe déclenche des souvenirs traumatisants de son passé. « Je m’amuse », dit-elle sans conviction à Stevens en évoquant un emploi du temps professionnel éreintant qui ne lui laisse aucun jour de repos entre ses voyages et ses engagements professionnels. Elle se dirige vers l’arrêt de la pandémie de 2020 avec une recrudescence de son lupus, mais elle parvient à survivre et à devenir plus forte. À la fin du film, Gomez fait preuve d’un sens renouvelé de la mission pour aider les autres. « Je suis un travail en cours. Je suis suffisante. Je suis Selena », dit-elle en conclusion.

Où regarder le documentaire de Selena Gomez intitulé Me and My Mind (Moi et mon esprit) ?
Photo : Apple TV+

Quels sont les films que cela vous rappellera ? My Mind &amp ; Me s’inscrit dans la lignée de documentaires comme La vie en rose de Machine Gun Kelly et Gaga : Five Foot Two, des films qui s’efforcent de présenter leurs sujets comme des artistes importants à la croisée des chemins personnels ou professionnels, leur jeunesse d’un côté et une version plus mature d’eux-mêmes de l’autre. En même temps, sa discussion franche sur les problèmes de santé mentale rappelle le récent documentaire de Sheryl Crow intitulé Sheryl et Charli XCX : Alone Togethermais celui-ci voyage dans des endroits beaucoup plus sombres.

Une performance qui mérite d’être regardée : C’est le spectacle de Selena Gomez et bien que le film ne soit pas une performance en soi, sa volonté de partager son histoire, avec ses défauts, est admirable et doit être applaudie.

Dialogue mémorable : « Si j’étais un mec, je pourrais porter un jean, échanger mon T-shirt et mettre un bonnet et personne ne s’en soucierait », dit-elle lors d’une vérification de costume, avant d’ajouter nonchalamment : « En fait, je trouve que les seins sont bien. Je ne sais pas, j’ai besoin d’une petite poitrine ».

READ  À voir ou à laisser : "Killer Sally" sur Netflix, un vrai film policier sur ce qui a conduit une culturiste à tuer son mari, concurrent de M. Olympia.

Le sexe et la peau : Je veux dire, bien sûr, il y a quelques moments où l’on voit Gomez s’habiller mais ce n’est vraiment pas le sujet du film, gros pervers.

Notre avis : Si vous vous êtes déjà demandé pourquoi être un enfant acteur n’est pas un bon choix de carrière ou pourquoi tout ce qui brille n’est pas or, Selena Gomez : My Mind &amp ; Me rend tout cela très clair. Peu de documentaires ont donné l’impression d’être une célébrité plus misérable, et n’oubliez pas que je critique régulièrement des documentaires musicaux sur des toxicomanes presque sans espoir. Les faiblesses de l’entourage et du management occupent également une place importante dans le film. Voici un conseil : les mots d’encouragement clichés et les horaires surchargés ne soulagent pas l’anxiété et la dépression, en fait, ils ne font qu’aggraver la situation.

Outre ses nombreux talents, Gomez a toujours été extrêmement sympathique. Elle a les pieds sur terre et est prête à se moquer d’elle-même. Rien de tout cela n’apparaît dans le film. Ce n’est pas un film de propagande. C’est le but. En montrant Selena dans ses moments les plus sombres, peut-être que d’autres personnes souffrant de problèmes de santé mentale reconnaîtront quelque chose en elles et réaliseront qu’elles ne sont pas seules.

Notre appel : STREAM IT. Selena Gomez : My Mind &amp ; Me n’est pas facile à regarder et peut être particulièrement difficile pour ceux qui ont fait l’expérience directe de la maladie mentale. Cependant, on ne peut pas s’attaquer à un problème si on ne le reconnaît pas. En faisant la lumière sur ses propres difficultés, Gomez peut espérer atténuer la stigmatisation qui entoure la maladie mentale et rend son traitement plus difficile. Comme le film l’affirme de manière convaincante, l’aide vient souvent une étape et une personne à la fois.

Benjamin H. Smith est un écrivain, producteur et musicien basé à New York. Suivez-le sur Twitter : @BHSmithNYC.

Table des matières

Plus d'articles