À voir ou à laisser : « La Recrue » sur Netflix, où Noah Centineo joue un avocat débutant de la CIA qui se retrouve dépassé par le monde de l’espionnage.

L’une des marques de fabrique de la franchise ABC The Rookie est que les deux séries ont des acteurs principaux tout à fait charmants et plus qu’assez de contenu léger et divertissant pour faire oublier aux téléspectateurs les parties procédurales intrinsèquement ridicules des séries. Alexi Hawley, le showrunner de ces deux séries. The Rookie et The Rookie : Feds a créé une nouvelle série centrée sur un nouvel avocat de la CIA qui ne tarde pas à se retrouver mêlé à certaines des opérations les plus délicates de l’agence. Aura-t-elle la même touche légère que les autres séries de Hawley ?

THE RECRUIT : LE REGARDER OU LE LAISSER TOMBER ?

Coup d’ouverture : Des forces d’opérations spéciales vêtues d’un camouflage d’hiver pointent leurs armes sur un site où une femme vient en voiture pour un rendez-vous. Pendant ce temps, derrière un camion, un gars pisse dans la neige et chante « Trouble ».

L’essentiel : Owen Hendricks (Noah Centineo) voit que quelque chose ne va pas et tente d’appeler le commandant, mais elle lui ordonne de quitter la ligne. « C’est ce qui arrive quand on amène un avocat sur une opération », dit-elle. Il prend donc les choses en main.

Deux semaines plus tôt, Hendricks, qui a rejoint le bureau de l’avocat général de la CIA directement à la sortie de la faculté de droit, en est à son deuxième jour de travail. Il reçoit l’ordre de l’avocat général, Walter Nyland (Vondie Curtis-Hall), de se rendre à Capital Hill pour empêcher le président de la commission du renseignement du Sénat, le sénateur Smoot (Linus Roache), de lire des documents classifiés dans le domaine public.

Deux avocats chevronnés, Lester (Colton Dunn) et Violet (Aarti Mann), ont vent de l’affaire et décident de donner du travail au bleu, à savoir des centaines de lettres de « fous » qui envoient des courriers gris à l’agence et les menacent ; son travail consiste à évaluer si la menace est réelle. La plupart ne le sont pas, mais il voit une lettre de Max Meladze (Laura Haddock), qui purge une peine pour meurtre en Arizona. Avec l’aide d’un collègue extrêmement paranoïaque, Janus Ferber (Kristian Bruun), il se penche sur les opérations qu’elle a nommées dans sa lettre.

READ  Les Traîtres sur Peacock : comment suivre les célébrités et les civils sur Instagram ?

Elle découvre que le contact et le nom de l’opération sont réels, mais que c’est quelque chose qu’un agent ne devrait pas savoir. Quand il le rapporte à Nyland, il dit à Hendricks de continuer et rend à Lester et Violet le dossier des fous. Lorsque Hendricks décide de se rendre au Yémen pour trouver lui-même l’ancien agent de Meladze, les deux hommes ne lui donnent d’autre conseil que de « prendre un vol en autocar ». Cela lui attire des ennuis – et lui fait perdre un ongle – lorsqu’il se rend à l’improviste sur le site noir où l’agent est stationné, sans le passeport qui lui accorderait l’immunité diplomatique.

Mais l’agent finit par lui en dire plus sur Melazde, et il se rend en Arizona pour lui parler. Elle prétend avoir des documents confidentiels et l’envoie dans un entrepôt pour les récupérer, mais il s’agit en fait d’un sac d’argent que deux malfrats poursuivent et battent pour le récupérer. Mais il parvient à s’enfuir et fait savoir à Melazde qu’elle a besoin de lui plus qu’elle ne le laisse croire. Elle lui donne également le surnom de son responsable, un surnom qu’elle ne devrait pas connaître ; Ferber explique à Hendricks qu’il s’agit de quelqu’un d’extraordinairement haut placé dans le gouvernement.

La Recrue
Photo : COURTOISIE DE NETFLIX

A quelles émissions cela va-t-il vous faire penser ? Il n’est pas exagéré de dire que l’ambiance de comédie-thriller de La Recrue nous rappelle une série du réseau comme The Rookie mais avec plus de jurons. Il n’est donc pas surprenant qu’Alexi Hawley, qui est un scénariste/showrunner pour The Rookie et The Rookie : Feds est le créateur de La Recrue.

Notre avis : Lorsque nous avons regardé le premier épisode de La Recrueon a le sentiment tenace que la version de la CIA que Hawley donne aux téléspectateurs est une version qui n’existe pas. Hendricks est un avocat, pas un espion, mais il semble que cette série va être remplie de situations où cette recrue sans expérience va soit trébucher sur, soit déterrer des situations importantes et dangereuses dans lesquelles il finit par s’insinuer.

READ  Buck va-t-il mourir dans '9-1-1' ? Ce que nous savons de l'avenir du personnage d'Oliver Stark

Ce que nous ne savons pas, c’est si cette situation est mise en place parce que Hendricks est si doué pour dénicher des informations que les autres avocats du bureau ne peuvent pas trouver, ou s’il est le bénéficiaire d’une simple chance. En l’état actuel des choses, nous doutons que des membres du bureau de l’avocat général se rendent au Yémen pour interroger des personnes sur les sites noirs.

Tout cela étant dit, Centineo est crédible dans le rôle d’un débutant enthousiaste qui semble s’épanouir dans le fait d’être constamment dépassé par les événements, et il dispose d’un bon atout/foie en la personne de Haddock dans le rôle de Melazde. Il est même assez courageux pour vivre avec son ex Hannah (Fivel Stewart) et son nouveau petit ami Terence (Daniel Quincy Annoh). Centineo a dépassé l’image de jeune premier qu’il s’est forgée dans les films romantiques de Netflix et joue Hendricks comme un homme qui ne correspond pas toujours au moule de l’agent de la CIA, mais qui semble toujours être au bon endroit au bon moment, même si ses méthodes sont au mieux maladroites et au pire dangereuses.

Le reste de la distribution, y compris le trio habituellement excellent de Dunn, Mann et Curtis-Hall, n’a pas beaucoup à faire dans le premier épisode, mais leurs rôles sont suffisamment bien mis en place pour mener à des situations intéressantes par la suite. Nous sommes impatients, cependant, de voir davantage Bruun dans le rôle de l’extraordinairement paranoïaque Ferber (nous y reviendrons dans une seconde).

READ  Y aura-t-il une saison 2 de "Inside Man" sur Netflix ? Voici ce que nous savons

Le sexe et la peau : Rien dans le premier épisode, à part Hendricks qui se fait arracher son costume et sa chemise par l’agent au Yémen, juste avant qu’elle ne lui arrache un ongle.

Parting Shot : Hendricks appelle Melazde ; si elle peut lui dire la vérité sur la confiance qu’on peut lui accorder, il l’aidera. Sa réponse : « Quand nos intérêts sont alignés. Sinon, non. » C’est suffisant pour qu’Hendricks dise, « J’en suis. »

Sleeper Star : Le degré de comique de Bruun dans le rôle de Ferber est différent de celui de Dunn et Mann ; Lester et Violet ne sont que des collègues menacés par ce nouvel arriviste, alors que Bruun pense simplement que les agents qu’il conseille cherchent à le droguer et à exécuter les opérations qu’il essaie d’arrêter. Sa paranoïa n’est cependant pas totalement infondée, ce qui donne à son personnage plus de profondeur qu’on ne pourrait le croire.

La ligne la plus pilote : L’histoire de la main d’Hendricks, même pour Nyland, est qu’il l’a « fermée dans une portière de voiture ». Si cela arrive, l’ongle devient noir avant de tomber, et cela prend quelques jours. Donc, il doit trouver une meilleure histoire pour se couvrir.

Notre appel : STREAM IT. La Recrue est une série essentiellement stupide, mais Centineo a plus qu’assez de charme pour porter les téléspectateurs à travers les parties les plus absurdes de l’intrigue de la saison, et il y a assez d’acteurs chevronnés dans la distribution secondaire pour nous faire penser que le ton de comédie-thriller du premier épisode pourra être maintenu pendant toute la saison.

Joel Keller (@joelkeller) écrit sur la nourriture, le divertissement, l’éducation des enfants et la technologie, mais il ne se voile pas la face : c’est un accro de la télé. Ses écrits ont été publiés dans le New York Times, Slate, Salon, RollingStone.com, VanityFair.com, Fast Company et ailleurs.

Table des matières

Plus d'articles