À voir ou à laisser :  » Christmas on Repeat  » sur Hulu, qui lance la saison des films de Noël faits pour la télévision avec une bouffée d’épaves brûlantes.

L’industrie artisanale des films de Noël réalisés pour la télévision a commencé à déposer ses prunes sucrées dans vos menus de streaming, et… Noël en boucle (maintenant sur Hulu) est parmi les premiers. Il met en vedette Jennifer Taylor de Two and a Half Men Elle incarne une publicitaire surmenée et une mère de famille qui se retrouve piégée dans une redoutable boucle temporelle, forcée de revivre son Noël de merde encore et encore et encore. Si vous voulez mon avis, elle aurait dû appeler Rick Sanchez pour l’aider, mais il est évident que le budget du film n’avait pas de place pour cela – ni pour une couche de neige visuellement convaincante, d’ailleurs.

CHRISTMAS ON REPEAT: LE REGARDER OU LE SAUTER ?

L’essentiel : Andrea (Taylor) a dormi au bureau – encore ! Elle y vit pratiquement. Elle est une magicienne de la publicité qui travaille pour un patron dont la force morale est identifiable par le putting green miniature dans son bureau – alors oui, je dis que le golf est le sport des vrais connards qui ordonnent à leurs employés de travailler le matin de Noël. Elle a déjà tout gâché pour ce Noël, demandant à son assistant d’acheter des cadeaux de merde pour sa famille, son mari John (Gary Poux) et ses enfants Lexi (Julia Terranova) et Paul (Terry Woodberry). Sur le chemin du retour, Andrea s’arrête chez un détaillant dont la vitrine ressemble à l’arrière d’un bâtiment sur un terrain de studio hâtivement recouvert de fausse neige. Elle discute avec un Père Noël avide de dons (Peter Xifo) à l’extérieur, et est choquée d’apprendre qu’il connaît son nom, et qu’il dit quelque chose à propos de souhaiter une étoile filante cette nuit-là. Je dois m’excuser d’avoir perdu certains détails de leur échange, car j’ai été distrait par la fausse devanture la moins convaincante de l’histoire du cinéma.

READ  The Great British Baking Show" fait revivre un classique : Vol-Au-Vents

Cette nuit-là, elle lève les yeux et voit l’étoile filante et fait un vœu et maintenant c’est le matin de Noël. Andrea se lève. Les amis de Paul jouent au basket dans l’allée. Elle prépare son petit-déjeuner spécial, des crêpes immolées, avant de se rendre au travail, qui est le désastre d’un tournage publicitaire mettant en scène un influenceur qui ne se souvient plus du nom du produit. Andrea se fait arrêter pour excès de vitesse sur le chemin du retour. John soupire quand elle arrive et lui tend des pommes de terre à écraser. Elle échoue lamentablement à danser sur une vidéo internet avec sa fille. Grand-mère Millie (Roberta Hanlen) passe par là. La famille ouvre ses cadeaux et le résultat est un ensemble de visages déçus. Les cadeaux ont l’air d’être tombés du camion sur le chemin de Dollar Tree et d’avoir été piétinés par un troupeau de gnous, ce qui reflète non pas les choix de son assistante, mais le budget du film, qui devait être dans les quatre chiffres inférieurs. Ce soir-là, John hausse les épaules et va se coucher, laissant Andrea contempler avec tristesse une assiette de biscuits, où repose un coeur en pain d’épice givré qui s’est brisé en deux. AUGHH. Un symbole de désespoir.

Désireuse de laisser tout cela derrière elle, Andrea se réveille le lendemain et est déconcertée, déconcertée je vous dis, d’apprendre que nous sommes à nouveau le 25 décembre. Son patron l’appelle pour lui demander pourquoi elle n’est pas au tournage, et elle passe le reste de la journée en titubant : basket-ball, influenceur, flic, pommes de terre, danse, grand-mère, cadeaux pourris, cœur en pain d’épices brisé. Le 25 décembre n°3, elle s’arrête au Cement Wall-mart pour interroger le Père Noël, qui parle en énigmes qui rendraient le Sphinx jaloux. Je suppose qu’elle doit juste trouver elle-même, vous savez, peut-être faire les choses différemment. Elle construit un bonhomme de neige en polystyrène avec la famille, a une discussion à cœur ouvert avec grand-mère, apprend à faire des crêpes sans extincteur, etc. Apprendra-t-elle des choses sur elle-même et brisera-t-elle cette satanée boucle temporelle ? HO HO PAS DE SPOILERS.

READ  A quelle heure "Mon policier" sera-t-il disponible sur Prime Video ?

A quels films cela vous rappellera-t-il ? La plupart du temps, je ne souhaite pas Groundhog Day n’avait jamais été conçu. C’est un de ces jours où je ne l’ai pas souhaité.

Une performance qui mérite d’être regardée : Aucune performance n’échappe à l’embarras absolu de ce téléfilm sous-indien. La terre est brûlée. Aucun survivant.

Dialogue mémorable : « Tu ne peux pas annuler un souhait. Il y a des règles pour ce genre de choses, tu sais. » – Père Noël

Sexe et peau : Aucun.

Notre prise : Je sais. Les films de Noël réalisés pour la télévision sont des cochonneries de confort destinées à être appréciées pour leurs simples plaisirs (ou ironiquement). Mais Christmas on Repeat n’est pas exactement le Citizen Kane des films de Noël réalisés pour la télévision. Bon sang, ce serait une chance d’être le Bébés génies des films de Noël réalisés pour la télévision. C’est un film d’amateur, bon marché du début à la fin, dont la comédie provient entièrement de ses valeurs de production de marché aux puces. La seule chose moins convaincante que sa présentation visuelle est le coup de fouet émotionnel du troisième acte qu’il tente de nous imposer comme une grand-mère avec une cuillère d’huile de ricin.

Si l’on devait s’étendre sur les défauts du film, cela ressemblerait à la liste des vilains du Père Noël de Rikers Island : une chose affreuse après l’autre. Le problème fondamental du film est le scénario, un monologue en pointillé qui s’inspire de façon grossière et sans aucune honte de ce qui se passe dans le monde entier. Groundhog Day et présente des thèmes d’adultes (équilibre entre vie professionnelle et vie privée, problèmes conjugaux, etc.) dans un cadre enfantin (magie du Père Noël !) et distribue négligemment des leçons de vie comme s’il nous giflait avec des torchons mouillés. Non monsieur, je n’aime pas ça.

READ  Est-ce que "One Piece Film : Red" est diffusé en streaming sur HBO Max ou Netflix ?

Notre appel : SAUTEZ-LA. Noël en boucle? Plus comme Siège éjectable de Noël! SAUTEZ-LA.

John Serba est un écrivain indépendant et un critique de cinéma basé à Grand Rapids, Michigan. Vous pouvez lire la suite de son travail sur johnserbaatlarge.com.

Table des matières

Plus d'articles