À voir ou à laisser :  » Causeway  » sur Apple TV+, un drame calme et contemplatif qui associe Jennifer Lawrence et Brian Tyree Henry.

Causeway (maintenant sur Apple TV+) nous offre un couple inspiré : Jennifer Lawrence, qui n’a pas besoin d’être présentée, et Brian Tyree Henry, qui n’a presque pas besoin d’être présenté (TV : Atlanta; film : Bullet Train, Eternels, Godzilla contre Kong). Elle joue le rôle d’une vétérante de guerre de retour chez elle après une grave blessure, il joue le rôle d’un propriétaire solitaire d’un atelier de réparation de voitures, et ils forment une amitié inhabituelle qui pourrait leur offrir à tous deux un petit répit dans leur douleur.

CAUSEWAY: LE REGARDER EN STREAMING OU LE SAUTER ?

L’essentiel : Des regards vides. C’est à peu près tout ce que Lynsey (Lawrence) peut invoquer en ce moment. Elle est transportée en fauteuil roulant jusqu’à une voiture et Sharon (Jayne Houdyshell) va l’emmener dans une maison de retraite et s’occuper d’elle. Lynsey semble… traumatisée ? C’est certain. Paralysée ? Un peu – nous apprendrons finalement qu’elle a subi un traumatisme crânien lorsque le camion dans lequel elle se trouvait a explosé en Afghanistan. Elle ne peut pas utiliser les toilettes toute seule, peut à peine marcher, ne peut pas se brosser les dents sans aide. Sharon est patiente, c’est un amour ; elle aide Lynsey au milieu de la nuit lorsqu’une crise de panique survient. Le temps passe. Lynsey peut marcher, faire du jogging, conduire et parler maintenant. Sharon dit qu’elle a aidé quelqu’un – un mari, un fils ou un être cher, c’est implicite – pendant des années, puis elle a décidé de gagner sa vie en aidant les vétérans militaires à se réadapter. « Quelle vie misérable », dit Lynsey, les mots s’échappant avant d’être liés à une pensée. Mais ce n’est pas grave. Sharon sait que cela arrive.

READ  Jon Stewart défend son "bon ami" Dave Chappelle après que l'humoriste a été accusé de "normaliser" l'antisémitisme dans "SNL".

Lynsey fait un long trajet en bus pour rentrer à la Nouvelle-Orléans. Sharon lui a dit d’écrire les choses pour ne pas les oublier ; il faudra beaucoup de travail pour faire ce qu’elle faisait avant. Elle descend du bus et attend sa mère, qui ne vient pas. Elle prend un autre bus, marche un peu, trouve le double des clés sous une brique, entre et trouve un lit. Maman (Linda Emond) pensait qu’elle rentrait vendredi, et on a l’impression que maman la laisse souvent tomber. Lynsey trouve un travail de nettoyage de piscines, et le camion qu’elle conduit – celui de sa mère – tombe en panne. Elle l’emmène au garage de James (Henry), puis il la ramène chez elle. Il fait chaud dehors. Chaud chaud chaud chaud. C’est un type sympa.

Ai-je mentionné que Lynsey veut se redéployer ? Même après tout ça ? Elle le dit à Sharon, qui est gentiment sceptique. Elle le dit à son médecin (Stephen McKinley Henderson), qui arbore un regard incrédule et dit qu’elle n’est pas prête. Elle finit par le dire à James, parce qu’ils sont ensemble maintenant, et qu’il veut peut-être lui dire… Tu es folle mais ne le fait pas, et il y a un moment où ils sont assis sur un banc à fumer de l’herbe et à boire des bières par une chaude nuit d’été et il dit, « S’il fait noir, monte juste dessus. » Il vient de lui dire pourquoi il a une prothèse de jambe, et comment il était fiancé, et maintenant il vit dans une grande maison tout seul, et c’est ce qu’il dit. « S’il fait noir, monte. » C’était sombre pour tous les deux.

READ  À voir ou à laisser : " Stars at Noon " sur Hulu, le thriller romantique sexy, romantique et ennuyeusement vague de Claire Denis.
CAUSEWAY APPLE TV PLUS
Photo : Everett Collection

Quels sont les films que cela vous rappellera ? C’est le film le plus intime de Lawrence depuis sa percée, Winter’s Bone.

Une performance qui vaut la peine d’être vue : Lawrence et Henry trouvent un rythme inhabituel, à contretemps, dans leurs échanges, ce qui nous empêche de nous installer dans un groove confortable. Lawrence a plus de temps à l’écran et laisse donc un plus grand cratère, mais Henry tire le meilleur parti de son rôle, cimentant davantage sa diversité en tant qu’acteur.

Dialogue mémorable : Lynsey pose une question pertinente à son médecin : « Et si l’Afghanistan n’était pas le seul traumatisme ? »

Le sexe et la peau : Aucun.

Notre prise : Je ne sais pas si notre société est plus consciente des traumatismes et de leurs effets, et donc si davantage de films explorent ce sujet, ou si les films l’ont toujours exploré et que nous ne faisons que chercher à le définir. Mais il semble que ce soit le sujet du jour ces derniers temps, et si vous croyez que l’art reflète la vie, vous trouverez beaucoup d’achats pour cette graine dans la tendance. Il ne s’agit pas de banaliser la douleur et la souffrance et leurs effets profonds sur l’esprit humain, ni le désir d’un artiste de les explorer dans un film, mais il est facile de se sentir fatigué par le poids d’un film tel que Causewayqui est pure dans son intention, et d’une sincérité à toute épreuve, mais souvent étouffante dans sa solennité.

On demande souvent à Lawrence de remplir de longs passages silencieux avec de subtils nonverbaux, alors que Lynsey tente de surmonter le choc de son état. Lynsey pousse légèrement James à s’ouvrir, et Henry en fait un peu trop, étant toujours un peu trop attentif au personnage et à ses manies, à ses pauses dramatiques, au flair avec lequel il fume un joint. Causeway est une véritable vitrine pour les acteurs, la réalisatrice Lila Neugebauer offrant à Lawrence et Henry des occasions de transcender les éléments les plus banals du scénario. Et c’est au cours d’une séquence dramatique majeure que le film est le plus banal, un tournant dans l’intrigue qui semble exagéré, trop artificiel dans son caractère inévitable, comme si… quelque chose doit se produire dans cette histoire, même si ce n’est pas le cas.

READ  Le coup de foudre du mercredi : Apprenez à connaître l'actrice de "Blockbuster" Madeleine Arthur

Mais les faux pas occasionnels du scénario n’entament pas le caractère poignant de ses idées, ni la façon dont il dépeint les dures réalités de la lutte psychologique post-traumatique. Il ne montre pas non plus le désir de définir l’amitié de Lynsey et James en termes simples. Elle se dérobe à l’emprise de la définition facile ; c’est parfois ce que font les relations les plus significatives.

Notre appel : STREAM IT. Causeway est un petit film contemplatif qui bénéficie d’un travail typiquement réfléchi de la part de ses acteurs talentueux. Il ne vous époustouflera pas par ses rebondissements et sa perspicacité, et peut être un peu trop dépourvu d’humour pour son propre bien, mais il présente suffisamment de poids dramatique pour mériter d’être regardé.

John Serba est un écrivain indépendant et un critique de cinéma basé à Grand Rapids, dans le Michigan. Vous pouvez lire la suite de son travail sur johnserbaatlarge.com.

Table des matières

Plus d'articles