Philippe Saurel, l'art de remettre la culture à plus tard

  • Par mjs34
  • Le 02/10/2014
  • Commentaires (0)

Logozat

Depuis maintenant 4 ans, les montpelliérains ainsi que les habitants de l’agglomération de Montpellier ont l’occasion, quelques jours par an, de partir à la rencontre de l’art et des artistes dans l’espace public, grâce à l’initiative de Michaël Delafosse, ex-adjoint à la culture : il s’agit bien évidemment des Zones Artistiques Temporaires (ZAT). Seulement,  Philippe Saurel, maire de Montpellier l’a annoncé le week-end dernier: il n’y aura pas de ZAT d’automne.


Ce rendez-vous artistique était entré dans les habitudes du public montpelliérain et environnant puisque l’affluence des ZAT n’a jamais cessé de décroître en 4 ans. Au-delà des enjeux artistiques, les ZAT se fondent sur une véritable démarche sociale : ne pas figer la culture dans ses institutions habituelles (théâtres, opéras, salles de spectacles) mais lui redonner une dynamique grâce à des dispositifs itinérants, au sein même de l’espace public, à la rencontre de tous les habitants.
Le maire de Montpellier lui-même avait affirmé l’an dernier : « Je ne veux pas supprimer les ZAT. Que ce soit clair ! Je souhaite seulement que les ZAT évoluent. ». Mais nous ne pouvons concevoir le retard que prend un événement aussi important pour la vie culturelle montpelliéraine comme une évolution positive !

Les Jeunes Socialistes mettent en garde le maire de Montpellier. En effet, si les ZAT ne sont pas reconduites,car nous n’avons pour le moment pas eu d’information concernant le lieu de la prochaine ZAT qui se déroulera donc au début de l’année 2015, c’est toute une politique culturelle qui s’écroule.
Cette initiative a certes un coût - 1 million d’euros par an - mais l'attractivité de l'événement est la preuve de la réussite de cette politique culturelle de la requalification des quartiers (Antigone, Les Arceaux, Celleneuve, Mosson) et d’un accès pour tous à la culture gratuite et de proximité. Montpellier c'est la ville de la culture, de la culture accessible à tous et pour tous, cette dynamique doit continuer car elle permet de développer du lien social au sein de tous les quartiers. Après les festivals électros, la disparition des ZAT ?

Montpellier culture ZAT

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau