Jeunesse

Saurel : nouvelle hausse de tarif, nouveau mensonge

L’accès au Musée Fabre pour sa partie “collection permanente” - musée relevant des compétences de la Métropole - était auparavant gratuit pour les étudiants de moins de 26 ans. Il est désormais payant, avec un abonnement annuel à 9€.                                                                               

 

Le 25 septembre, Philippe Saurel déclarait pourtant dans “Politic Region”, entre autres : “Nous proposons pour les étudiants de Montpellier, le pass culture et la gratuité des lieux culturels".                                                                                                                                                                                                                                                            

 

Pour comparaison, le Musée des Augustins - se rapprochant le plus du Musée Fabre - à Toulouse (ville de droite) est gratuit pour les étudiants.                                                  

 

Au-delà d’une nouvelle hausse de tarifs de services publics - parmi tant d’autres ces derniers temps -, peut-on accepter d’un responsable politique élu qu’il mente ainsi publiquement ? À moins qu’il ne considère pas ce musée comme un lieu culturel ?

Lire la suite

Notre réaction aux propos du maire-président #MontpellierSale

 

Hier en Conseil Municipal de la Ville de Montpellier, nous avons été bassement attaqués par le

maire-­président et ses élus affidés par rapport à notre campagne sur la propreté de la voirie.

 

Quand nous mettons Saurel face à ses propres engagements et à la réalité vécue par les citoyens, il nous répond sur un autre sujet en nous invectivant.

 

Si pour lui la politique se résume à des postes, pour nous elle est d’abord affaire d’idées et de projets. Nous l’invitons à arrêter cette communication outrancière et indécente et à réellement agir dans l’intérêt général.

 

Aussi, nous condamnons fermement l’attitude sectaire de cette majorité municipale qui croit pouvoir privatiser à son compte le terme de citoyens. Cette faute intellectuelle est grave.

 

Et force est de constater que de nombreux citoyens sont de plus en plus déçus d’un maire­-président qui renie peu à peu ses promesses et démontre combien la “politique autrement” était une imposture morale.  

Le Mouvement des Jeunes Socialistes de l’Hérault appelle les électeurs héraultais à la raison républicaine

Maj dpt

Le Conseil Général de l’Hérault doit être sauvé de l’extrême droite qui est en train de frapper à sa porte. Les politiques de solidarité réalisées par cette collectivité sont trop précieuses pour de nombreux citoyens. Elles permettent à une majeure partie des héraultais de se sentir encore intégrés et non abandonnés par l’Etat. Le Front National fera de grands dégâts dans notre département en stigmatisant, en rompant les liens de solidarité, en détruisant l’accès à la culture par tous, en faisant de l’écologie l’une de ses dernières préoccupations.

L’abstention ou le vote blanc ne permettent pas de consolider le barrage républicain, la seule solution est de se déplacer dimanche prochain pour permettre au département  de continuer sa politique. La gauche est l’unique rempart de l’extrême droite même si l’on peut rester dans l’incompréhension de la montée du FN dans certaines villes. 

À Montpellier, de nombreux électeurs ont été déçus depuis les élections municipales. Il ne s’agit pas d’un vote contestataire mais d’une envie d’essayer autre chose face à un manque de clarté politique et face à une communication locale agressive sans véritables résultats sur le terrain et dans nos quartiers populaires. Les partis politiques restent donc les seuls remparts de l’extrême droite. Les jeunes socialistes appellent cependant les électeurs à voter pour des candidats sans étiquette même si nous ne connaissons pas leur couleur politique.  

Nous serons tout au long de la semaine aux côtés de nos candidats de la majorité départementale, avec Laura Slimani, Présidente nationale du MJS qui sera demain matin à Frontignan puis l’après-midi à Montpellier pour soutenir les candidats du Parti Socialiste.

La culture électro en danger à Montpellier !

Entre refus et stigmatisation, aujourd’hui, il apparait clairement que les festivals de musique électro n’ont pas leur place à Montpellier. Ce weekend l’annulation à la dernière minute de « I love Techno » est le coup de trop. Il est compréhensif que des raisons de sécurité empêchent un évènement de se dérouler mais c’est une erreur fatale et grossière d’avoir prévenu les participants au dernier moment qui pour certains avaient traversé l’Europe.    

Une chose est sûre, l’electro est malmenée à Montpellier et lorsqu’un festival n’est pas annulé ce sont les élus et le maire de Montpellier, président de Montpellier agglomération, futur président de la métropole de Montpellier, candidat par procuration sur tous les cantons de Montpellier qui stigmatisent à outrance pour que cette musique n’ait plus sa place au sein de notre ville.  La volonté politique de la nouvelle majorité est claire, transformer la ville de la jeunesse en une ville calme et sans attractivité afin de satisfaire l’électorat de droite.

Les jeunes socialistes n’en sont pas à leur première dénonciation de cette politique chaotique. De nombreux évènements culturels sont malheureusement à chaque fois remis en cause pour des raisons fallacieuses. Les politiques publiques doivent au contraire favoriser la diversité culturelle en organisant  les évènements à l’avance. La diversité et l’attractivité d’une ville sont d’une importance capitale pour le bien-être et l’emploi de ses habitants, tâchons de préserver ces deux qualités que Montpellier avait su acquérir.    

Pour la culture électro à Montpellier : les jeunes socialistes font entendre leur propre son!

10743210 10203816459986136 881328896 n

Le Mouvement des Jeunes Socialistes de l'Hérault participera demain après-midi à 14h (Place du Peyrou) à la manifestation pour la défense de la culture et de la musique électro à Montpellier.

Montpellier doit rester une ville dynamique ouverte aux jeunes et à toutes les cultures. C’est l’âme de notre ville et la musique électro en fait partie D’ailleurs cet été, nous sommes restés stupéfaits face à la décision du maire de Montpellier, Philippe Saurel, d’arrêter la FamilyPiknik. De nombreux évènements culturels sont malheureusement à chaque fois remis en cause pour des raisons fallacieuses.

Il faut que nos élus locaux arrêtent de stigmatiser cette culture. Montpellier peut continuer à accueillir des évènements de ce type sans pour qu’il y ait pour autant atteinte à l’ordre public. Ce n’est pas parce que les jeunes vont à des festivals qu’ils consomment pour autant des substances illicites. Précisons que les Estivales sont devenues une institution montpelliéraine alors qu’il s’agit de mercantiliser le domaine public pour promouvoir les produits régionaux et vendre du vin. Il n’y a pas moins d’incidents lors de cet évènement qu’à la Family Piknik ou d’autres fêtes électro.

Montpellier doit continuer à faire coexister tous ces manifestations dont la diversité et la pluralité font l'attractivité de notre ville. Alors au lieu de continuer à taper sur l’électro, au contraire défendons des politiques publiques qui préservent la diversité culturelle !

L'encadrement des loyers à Montpellier : Je dis oui !

10342882 10152428281425847 7210271989824890014 n

Les Jeunes Socialistes de l’Hérault lancent ce jeudi 9 octobre à 17h sur la place de la Comédie (devant l’office du tourisme) une campagne locale pour demander au gouvernement l’encadrement des loyers à Montpellier. Le tract pour cette campagne est en pièce jointe à ce billet.

Vous trouverez aussi en pièce jointe une lettre ouverte adressée à Philippe Saurel, Maire de Montpellier, lui demandant d’entreprendre les démarches nécessaires pour que notre ville puisse faire partie du dispositif d’encadrement des loyers. Notre Maire ne peut se contenter de dire qu’il n’est pas favorable à cet encadrement sans préciser ses raisons, les jeunes montpelliérains ont besoin de retrouver un peu de pouvoir d’achat pour faire face à la crise.

Parce qu’avec 70 000 étudiants représentant 21% de sa population, dont la plupart sont indépendants, nous ne pouvons nous résigner à accepter que malgré la baisse de l’abonnement aux Transports de l’Agglomération de Montpellier, la 8e ville de France soit la 6e plus chère pour les étudiants, avec un loyer annuel moyen de 5604 euros comme le rappelle la dernière enquête sur le coût de la vie étudiante de l’UNEF, Union Nationale des Etudiants de France. 

A cette situation, liée à une offre de logements largement insuffisante - tant privés qu’universitaires – au regard de l’attractivité de la ville, vient s’ajouter 2% de hausse du coût de la vie étudiante. Nous pensons également à tous ces jeunes actifs ou à la recherche d’un emploi, pour qui boucler les fins de mois n’est pas toujours aisé. Surtout pour les moins de 25 ans qui ne peuvent toujours pas accéder aux minimas sociaux.

L’encadrement des loyers est donc une nécessité pour notre ville étudiante, le Maire de Montpellier mais aussi le Premier Ministre, Manuel Valls,  doivent comprendre cet enjeu important pour la jeunesse. La force des convictions doit en effet l’emporter face aux lobbies immobiliers et aux différents intérêts privés.

Je signe la pétion pour demander au gouvernement l'encadrement des loyers à Montpellier

Tract - Encadrement des loyers à Montpelliertract-encadrement-des-loyers-a-montpellier.pdf (224.57 Ko)

Lettre ouverte à Philippe SAURELlettre-ouverte-a-philippe-saurel.pdf (111.72 Ko)

Encadrement des loyers : une mesure indispensable pour les jeunes de Montpellier

encadrement 

   Suite aux annonces successives de Lille puis Grenoble, affichant leur volonté d’encadrer les loyers dans leur ville, le Mouvement des Jeunes Socialistes de l’Hérault se demande combien de grandes villes suivront le pas. Et si Montpellier aura l’audace d’en faire partie.

Lire la suite

Quand Ménard attaque les pauvres en se riant du droit

    Alors que ses deux premiers mois de mandature ont rimé avec divertissement médiatique - nul besoin de repréciser exhaustivement l’ensemble de ses récentes frasques tellement l’ensemble de la population française en a entendu parler -, Robert Ménard défie le célèbre « jamais deux sans trois » en prenant des mesures attaquant directement la pauvreté. Malheureusement pas comme il serait souhaitable.

Lire la suite